«

»

Mar 19

8 fausses images de Christ que nous devrions cesser d’adorer…

Jésus est toujours très populaire à notre époque, même à l’heure où le christianisme semble être confronté à plus de marginalisation sociale. Des mouvements politiques et sociaux aux produits kitsch et aux autocollants pour voiture, Jésus est devenu la mascotte de nos causes préférées. Mais, nous devons nous demander s’il est le vrai Jésus de la Bible ou un Jésus que nous nous sommes fabriqués.

Dans l’épître aux Romains, l’apôtre Paul nous enseigne la mission de Christ, appeler un peuple à lui ressembler, mais il semble que nous sommes plus intéressés à ce qu’il nous ressemble. Même les conservateurs et les évangéliques sont friands de déclarations comme : « Le Jésus que je connais ferait ou dirait … », comme si Jésus, Dieu trinitaire, Un avec le Père, pouvait facilement prendre la forme de tout ce que nous voudrions qu’il soit. Voyons un peu comment est vu Jésus dans la culture chrétienne, avec 8 erreurs courantes.

Jésus le gourou

1. Il s’agit du Jésus qui a existé dans l’histoire de l’humanité mais qui est loin d’être aussi radical que le Jésus des évangiles. Le gourou Jésus est le sage, l’image surnaturelle qui s’intègre très bien aux côtés d’autres figures religieuses telles que Bouddha, Mahomet, Vishnu, etc. C’est un Jésus sûr qui nous dira toujours des choses édifiantes et bonnes pour nous mais ne nous ennuiera pas avec des discours dangereux sur le royaume de Dieu.
Problème : Ce Jésus n’est pas en accord avec le Jésus historique et les déclarations faites par Jésus lui-même à son sujet. Il ne rencontre pas les aspirations les plus profondes de l’humanité et n’apporte aucune réponse au problème du mal et à l’avenir de l’humanité.

Le Jésus des évangiles

2. Ce Jésus est en vogue chez de nombreux évangéliques. Il est présent dans le genre de christianisme qui ne prend au sérieux que les citations de Jésus dans les évangiles. Ce Jésus remplace le soi-disant Dieu de colère de l’Ancien Testament par un Jésus paisible qui répand la guérison et la justice. Il est plus aimable que l’apôtre Paul qui ne comprend rien aux normes sociales du 21ème siècle.
Problème : Dans toutes ces déclarations, Jésus est solidaire avec l’Ancien Testament. Il dit qu’il n’est pas venu pour abolir un iota de la Loi. Si nous acceptons Jésus en tant que membre de la Trinité et si nous acceptons que les Ecritures soient inspirées par Dieu, nous devons donc accepter la Bible entière, pas seulement les interventions directes de Jésus dans la Bible.

Le Jésus de Gauche

3. Ce Jésus sert de mascotte aux causes sociales progressistes. C’est un Jésus définitivement anticapitaliste qui a peu d’intérêt dans le salut personnel par la foi.
Il est vrai que la bonne nouvelle du Royaume signifie « bonne nouvelle pour les pauvres » et pourtant la venue de Jésus ne fut pas le 1er avènement de Karl Marx mais l’avènement du salut de Dieu des derniers temps, l’inauguration d’une nouvelle alliance entre Dieu et son peuple, obtenue par la vie, la mort et la résurrection de Christ.

Le docteur Jésus

4. Ce Jésus est un distributeur franc-parler de conseils. Les évangéliques aiment ce Jésus car il est la solution à tous leurs problèmes. Ce Jésus se rapproche du véritable Christ de la Bible, il est la réponse à nos besoins les plus profonds et pourtant il échange une poursuite de Jésus par une poursuite de principes.
Le vrai Jésus ne nous conduit pas à un ensemble de principes mais à Jésus lui-même.

Le Jésus de la prospérité

5. Ce Jésus est le cousin extravagant du docteur Jésus. Il ne promet pas seulement une meilleure vie, mais il promet une vie riche et prospère. Le Jésus de la prospérité est populaire dans les quartiers riches de l’Ouest où la persécution et les difficultés ne sont pas présentes, mais il est étrangement inconfortable aux existences usées de la plupart des Chrétiens dans le monde.
Le vrai Jésus ne promet pas des avions privés ou des résidences secondaires mais offre la présence de Dieu au milieu des difficultés.

Le Jésus des « sans-église »

6. Ce Jésus vous autorise à l’adorer sans vous conformer à l’église institutionnelle. A certains égards, ce Jésus est attirant pour ceux qui ont fini par se lasser d’un évangile qui sonne plus comme du traditionalisme que comme l’évangile de Christ. Mais le vrai Jésus n’offre pas à ses disciples l’option de le suivre sans faire partie de l’église. L’acte même de la régénération par la foi baptise le croyant dans le corps de Christ.

Le Jésus cool

7. Ce Jésus fait allusion à la vérité de Christ dans les Ecritures. Il est l’ami des pécheurs qui offre le salut personnel par la foi. Cependant ce Jésus semble n’avoir aucun lien avec les 2000 années de l’histoire de l’Eglise et le poids de l’orthodoxie chrétienne. Il approuve sans réserve nos modes de vie et comportements et est sans danger pour toute la famille. Il est le Jésus de la pop évangélique qui offre peu de préparation pour la difficulté et les moments difficiles, et peu d’ancrage pour les tempêtes à venir.

Le Jésus légaliste

8. C’est le Jésus qui ressemble aux pharisiens car il propose une liste de règles pour vivre, en autorisant ses disciples à ignorer la pratique quotidienne de la repentance et le travail sanctifiant du Saint-Esprit.
Problème : L’évangile de ce Jésus ne sauve pas. Il propose une religion sans vie qui cherche une transformation extérieure au détriment d’un renouveau intérieur. Seul le vrai Christ dont la vie, la mort et la résurrection offre un salut personnel, a le pouvoir de changer les vies et d’attirer son peuple à lui.

Comme vous pouvez le voir, chacune de ces figures de Jésus offre un aperçu du véritable Jésus, mais en accentuant seulement certaines de ses caractéristiques. Cela empêche les Chrétiens de se courber réellement dans la louange aux pieds du vrai Jésus, le fils de Dieu, le Sauveur du monde.

Chaque figure façonne, en effet, Jésus comme bon nous semble et malheureusement cela nous conduit vers une voie spirituelle sans issue.

Nous trouverons la joie véritable en abandonnant nos cœurs dans l’adoration et l’obéissance au vrai Jésus des Écritures.