«

»

Déc 13

Au service de notre Dieu

  «Servez Christ

le Seigneur.»

(Colossiens 3:24)

.

CHER lecteur, à quel groupe particulier cette parole est-elle adressée? À des rois qui s’arrogent avec orgueil le droit divin? Non! Ils sont trop souvent serviteurs d’eux-mêmes ou de Satan, et oublient le Dieu qui leur permet patiemment de porter leur simulacre de majesté pour quelque temps.

L’apôtre s’adresse-t-il aux soi-disant «révérends pères en Dieu», aux cardinaux, ou aux «vénérables archidiacres»? Non! En fait, Paul ne connaissait rien de ces titres inventés par les hommes.

Ces mots ne s’adressaient pas non plus aux pasteurs et aux enseignants, ou à celui qui est riche et estimé parmi les croyants, mais plutôt aux domestiques et aux esclaves.

Parmi les ouvriers, les travailleurs à la journée, les domestiques, les servantes à la cuisine, bref parmi toutes ces multitudes qui triment dur, l’apôtre avait trouvé, comme nous en trouvons encore aujourd’hui, des personnes choisies par le Seigneur, et il leur dit:

«Tout ce que vous faites, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes, sachant que vous recevrez du Seigneur l’héritage pour récompense. Servez Christ le Seigneur.»

Cette parole donne un sens aux tâches lassantes que nous accomplissons ici-bas, et place une auréole au-dessus des plus humbles occupations.

Laver des pieds peut être servile, mais laver ceux du Seigneur est une œuvre royale. Délier des lacets est une besogne sans grand intérêt, mais délier ceux de la chaussure du Maître est un privilège princier. Le magasin, la grange, la cuisine et l’atelier deviennent des temples lorsqu’hommes et femmes «font tout pour la gloire de Dieu»!

Ainsi, le service divin n’est pas une action prenant uniquement place à certaines heures et en certains lieux: c’est toute une vie devenant sainteté pour le Seigneur. Chaque endroit et chaque chose sont aussi consacrés que l’étaient le tabernacle et ses ustensiles d’or.

Apprends-moi, mon Dieu et mon Roi, à Te voir en toute chose;
Puisse chacune de mes œuvres n’être faite que pour Toi.
Aucun participant à Ta grâce n’est à ce point mauvais
Qu’il ne pourrait être lavé par Ton sang précieux.
Sachant cela, le serviteur considère comme un acte divin
D’épousseter un meuble, comme si c’était une table de Ta loi.