«

»

Avr 21

Jour 111

21 Avril – Jour 111
 
 
«Si quelqu’un s’adresse aux morts et aux esprits,

pour se prostituer après eux,

Je tournerai Ma face contre cet homme.»

(Lévitique 20:6)

 
  1 Samuel 28:1-25  
N CE temps-là, les Philistins rassemblèrent leurs troupes et formèrent une armée, pour faire la guerre à Israël. Akisch dit à David: «Tu sais que tu viendras avec moi à l’armée, toi et tes gens.» David répondit à Akisch: «Tu verras bien ce que ton serviteur fera.» Et Akisch dit à David: «Aussi je te donnerai pour toujours la garde de ma personne.»

Samuel était mort; tout Israël l’avait pleuré, et on l’avait enterré à Rama, dans sa ville. Saül avait ôté du pays ceux qui évoquaient les morts et ceux qui prédisaient l’avenir.

Les Philistins se rassemblèrent, et vinrent camper à Sunem; Saül rassembla tout Israël, et ils campèrent à Guilboa. À la vue du camp des Philistins, Saül fut saisi de crainte, et un violent tremblement s’empara de son cœur. Saül consulta l’Éternel; et l’Éternel ne lui répondit point, ni par des songes, ni par l’urim, ni par les prophètes.

Et Saül dit à ses serviteurs: «Cherchez-moi une femme qui évoque les morts, et j’irai la consulter.» Ses serviteurs lui dirent: «Voici, à En-Dor il y a une femme qui évoque les morts.» Alors Saül se déguisa et prit d’autres vêtements, et il partit avec deux hommes. Ils arrivèrent de nuit chez la femme.

Saül lui dit: «Prédis-moi l’avenir en évoquant un mort, et fais-moi monter celui que je te dirai.» La femme lui répondit: «Voici, tu sais ce que Saül a fait, comment il a retranché du pays ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l’avenir; pourquoi donc tends-tu un piège à ma vie pour me faire mourir?» Saül lui jura par l’Éternel, en disant: «L’Éternel est vivant! Il ne t’arrivera point de mal pour cela.» La femme dit: «Qui veux-tu que je te fasse monter?» Et il répondit: «Fais moi monter Samuel.»

Lorsque la femme vit Samuel, elle poussa un grand cri, et elle dit à Saül: «Pourquoi m’as-tu trompée? Tu es Saül!» Le roi lui dit: «Ne crains rien; mais que vois-tu?» La femme dit à Saül: «Je vois un dieu qui monte de la terre.» Il lui dit: «Quelle figure a-t-il?» Et elle répondit: «C’est un vieillard qui monte et il est enveloppé d’un manteau.» Saül comprit que c’était Samuel, et il s’inclina le visage contre terre et se prosterna.

Samuel dit à Saül: «Pourquoi m’as-tu troublé, en me faisant monter?» Saül répondit: «Je suis dans une grande détresse: les Philistins me font la guerre, et Dieu S’est retiré de moi; Il ne m’a répondu ni par les prophètes ni par des songes. Et je t’ai appelé pour que tu me fasses connaître ce que je dois faire.»

Samuel dit: «Pourquoi donc me consultes-tu, puisque l’Éternel S’est retiré de toi et qu’Il est devenu ton ennemi? L’Éternel te traite comme je te l’avais annoncé de Sa part; l’Éternel a déchiré la royauté d’entre tes mains, et l’a donnée à un autre, à David.

«Tu n’as point obéi à la voix de l’Éternel, et tu n’as point fait sentir à Amalek l’ardeur de Sa colère: voilà pourquoi l’Éternel te traite aujourd’hui de cette manière. Et même l’Éternel livrera Israël avec toi entre les mains des Philistins. Demain, toi et tes fils, vous serez avec moi, et l’Éternel livrera le camp d’Israël entre les mains des Philistins.»

Aussitôt Saül tomba à terre de toute sa hauteur, et les paroles de Samuel le remplirent d’effroi; de plus, il manquait de force, car il n’avait pris aucune nourriture de tout le jour et de toute la nuit.

La femme vint auprès de Saül, et, le voyant très effrayé, elle lui dit: «Voici, ta servante a écouté ta voix; j’ai exposé ma vie, en obéissant aux paroles que tu m’as dites. Écoute maintenant, toi aussi, la voix de ta servante, et laisse-moi t’offrir un morceau de pain, afin que tu manges pour avoir la force de te mettre en route.» Mais il refusa, et dit: «Je ne mangerai point.»

Ses serviteurs et la femme aussi le pressèrent, et il se rendit à leurs instances. Il se leva de terre, et s’assit sur le lit. La femme avait chez elle un veau gras, qu’elle se hâta de tuer; et elle prit de la farine, la pétrit, et en cuisit des pains sans levain. Elle les mit devant Saül et devant ses serviteurs. Et ils mangèrent. Puis, s’étant levés, ils partirent la nuit même.

 
  Ésaïe 8:17-22  
’ESPÈRE en l’Éternel, qui cache Sa face à la maison de Jacob; je place en Lui ma confiance. Voici, moi et les enfants que l’Éternel m’a donnés, nous sommes des signes et des présages en Israël, de la part de l’Éternel des armées qui habite sur la montagne de Sion.

Si l’on vous dit: «Consultez ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l’avenir, qui poussent des sifflements et des soupirs,» répondez: «Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu? S’adressera-t-il aux morts en faveur des vivants?»

À la loi et au témoignage! Si l’on ne parle pas ainsi, il n’y aura point d’aurore pour le peuple. Il sera errant dans le pays, accablé et affamé; et, quand il aura faim, il s’irritera, maudira son roi et son Dieu, et tournera les yeux en haut; puis il regardera vers la terre, et voici, il n’y aura que détresse, obscurité et de sombres angoisses: il sera repoussé dans d’épaisses ténèbres.

 
  Lévitique 20:1-7,27  
’ÉTERNEL parla à Moïse, et dit: «Tu diras aux enfants d’Israël: “Si un homme des enfants d’Israël ou des étrangers qui séjournent en Israël livre à Moloc l’un de ses enfants, il sera puni de mort: le peuple du pays le lapidera. Et Moi, Je tournerai Ma face contre cet homme, et Je le retrancherai du milieu de son peuple, parce qu’il a livré de ses enfants à Moloc, souillé Mon sanctuaire et profané Mon saint nom.

«“Si le peuple du pays détourne ses regards de cet homme, qui livre de ses enfants à Moloc, et s’il ne le fait pas mourir, Je tournerai, Moi, Ma face contre cet homme et contre sa famille, et Je le retrancherai du milieu de son peuple, avec tous ceux qui se prostituent comme lui en se prostituant à Moloc.

«“Si quelqu’un s’adresse aux morts et aux esprits, pour se prostituer après eux, Je tournerai Ma face contre cet homme, Je le retrancherai du milieu de son peuple. Vous vous sanctifierez et vous serez saints, car Je suis l’Éternel, votre Dieu.

«“Si un homme ou une femme ont en eux l’esprit d’un mort ou un esprit de divination, ils seront punis de mort; on les lapidera: leur sang retombera sur eux.”»

 
  Deutéronome 18:9-14  
ORSQUE tu seras entré dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là.

Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel; et c’est à cause de ces abominations que l’Éternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi.

Tu seras entièrement à l’Éternel, ton Dieu. Car ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins; mais à toi, l’Éternel, ton Dieu, ne le permet pas.

 
  1 Samuel 29:1-11  
ES PHILISTINS rassemblèrent toutes leurs troupes à Aphek, et Israël campa près de la source de Jizreel. Les princes des Philistins s’avancèrent avec leurs centaines et leurs milliers, et David et ses gens marchaient à l’arrière-garde avec Akisch.

Les princes des Philistins dirent: «Que font ici ces Hébreux?» Et Akisch répondit aux princes des Philistins: «N’est-ce pas David, serviteur de Saül, roi d’Israël? Il y a longtemps qu’il est avec moi, et je n’ai pas trouvé la moindre chose à lui reprocher depuis son arrivée jusqu’à ce jour.»

Mais les princes des Philistins s’irritèrent contre Akisch, et lui dirent: «Renvoie cet homme, et qu’il retourne dans le lieu où tu l’as établi; qu’il ne descende pas avec nous sur le champ de bataille, afin qu’il ne soit pas pour nous un ennemi pendant le combat. Et comment cet homme rentrerait-il en grâce auprès de son maître, si ce n’est au moyen des têtes de nos gens? N’est-ce pas ce David pour qui l’on chantait en dansant: “Saül a frappé ses mille, et David ses dix mille”

Akisch appela David, et lui dit: «L’Éternel est vivant! Tu es un homme droit, et j’aime à te voir aller et venir avec moi dans le camp, car je n’ai rien trouvé de mauvais en toi depuis ton arrivée auprès de moi jusqu’à ce jour; mais tu ne plais pas aux princes. Retourne donc et va-t’en en paix, pour ne rien faire de désagréable aux yeux des princes des Philistins.»

David dit à Akisch: «Mais qu’ai-je fait, et qu’as-tu trouvé en ton serviteur depuis que je suis auprès de toi jusqu’à ce jour, pour que je n’aille pas combattre les ennemis de mon seigneur le roi?»

Akisch répondit à David: «Je le sais, car tu es agréable à mes yeux comme un ange de Dieu; mais les princes des Philistins disent: “Il ne montera point avec nous pour combattre.” Ainsi lève-toi de bon matin, toi et les serviteurs de ton maître qui sont venus avec toi; levez-vous de bon matin, et partez dès que vous verrez la lumière.»

David et ses gens se levèrent de bonne heure, pour partir dès le matin, et retourner dans le pays des Philistins. Et les Philistins montèrent à Jizreel.

 
  1 Samuel 30:1-31  
ORSQUE David arriva le troisième jour à Tsiklag avec ses gens, les Amalécites avaient fait une invasion dans le midi et à Tsiklag. Ils avaient détruit et brûlé Tsiklag, après avoir fait prisonniers les femmes et tous ceux qui s’y trouvaient, petits et grands. Ils n’avaient tué personne, mais ils avaient tout emmené et s’étaient remis en route.

David et ses gens arrivèrent à la ville, et voici, elle était brûlée; et leurs femmes, leurs fils et leurs filles, étaient emmenés captifs. Alors David et le peuple qui était avec lui élevèrent la voix et pleurèrent jusqu’à ce qu’ils n’eussent plus la force de pleurer. Les deux femmes de David avaient été emmenées, Achinoam de Jizreel, et Abigaïl de Carmel, femme de Nabal.

David fut dans une grande angoisse, car le peuple parlait de le lapider, parce que tous avaient de l’amertume dans l’âme, chacun à cause de ses fils et de ses filles. Mais David reprit courage en s’appuyant sur l’Éternel, son Dieu.

Il dit au sacrificateur Abiathar, fils d’Achimélec: «Apporte-moi donc l’éphod!» Abiathar apporta l’éphod à David. Et David consulta l’Éternel, en disant: «Poursuivrai-je cette troupe? L’atteindrai-je?» L’Éternel lui répondit: «Poursuis, car tu atteindras, et tu délivreras.»

Et David se mit en marche, lui et les six cents hommes qui étaient avec lui. Ils arrivèrent au torrent de Besor, où s’arrêtèrent ceux qui restaient en arrière. David continua la poursuite avec quatre cents hommes; deux cents hommes s’arrêtèrent, trop fatigués pour passer le torrent de Besor.

Ils trouvèrent dans les champs un homme égyptien, qu’ils conduisirent auprès de David. Ils lui firent manger du pain et boire de l’eau, et ils lui donnèrent un morceau d’une masse de figues sèches et deux masses de raisins secs. Après qu’il eut mangé, les forces lui revinrent, car il n’avait point pris de nourriture et point bu d’eau depuis trois jours et trois nuits.

David lui dit: «À qui es-tu, et d’où es-tu?» Il répondit: «Je suis un garçon égyptien, au service d’un homme amalécite, et voilà trois jours que mon maître m’a abandonné parce que j’étais malade. Nous avons fait une invasion dans le midi des Kéréthiens, sur le territoire de Juda et au midi de Caleb, et nous avons brûlé Tsiklag.»

David lui dit: «Veux-tu me faire descendre vers cette troupe?» Et il répondit: «Jure-moi par le nom de Dieu que tu ne me tueras pas et que tu ne me livreras pas à mon maître, et je te ferai descendre vers cette troupe.» Il lui servit ainsi de guide. Et voici, les Amalécites étaient répandus sur toute la contrée, mangeant, buvant et dansant, à cause du grand butin qu’ils avaient enlevé du pays des Philistins et du pays de Juda.

David les battit depuis l’aube du jour jusqu’au soir du lendemain, et aucun d’eux n’échappa, excepté quatre cents jeunes hommes qui montèrent sur des chameaux et s’enfuirent. David sauva tout ce que les Amalécites avaient pris, et il délivra aussi ses deux femmes.

Il ne leur manqua personne, ni petit ni grand, ni fils ni fille, ni aucune chose du butin, ni rien de ce qu’on leur avait enlevé: David ramena tout. Et David prit tout le menu et le gros bétail; et ceux qui conduisaient ce troupeau et marchaient à sa tête disaient: «C’est ici le butin de David.»

David arriva auprès des deux cents hommes qui avaient été trop fatigués pour le suivre, et qu’on avait laissés au torrent de Besor. Ils s’avancèrent à la rencontre de David et du peuple qui était avec lui. David s’approcha d’eux, et leur demanda comment ils se trouvaient.

Tous les hommes méchants et vils parmi les gens qui étaient allés avec David prirent la parole et dirent: «Puisqu’ils ne sont pas venus avec nous, nous ne leur donnerons rien du butin que nous avons sauvé, sinon à chacun sa femme et ses enfants; qu’ils les emmènent, et s’en aillent.»

Mais David dit: «N’agissez pas ainsi, mes frères, au sujet de ce que l’Éternel nous a donné; car Il nous a gardés, et Il a livré entre nos mains la troupe qui était venue contre nous. Et qui vous écouterait dans cette affaire? La part doit être la même pour celui qui est descendu sur le champ de bataille et pour celui qui est resté près des bagages: ensemble ils partageront.» Il en fut ainsi dès ce jour et dans la suite, et l’on a fait de cela jusqu’à ce jour une loi et une coutume en Israël.

De retour à Tsiklag, David envoya une partie du butin aux anciens de Juda, à ses amis, en leur adressant ces paroles: «Voici pour vous un présent sur le butin des ennemis de l’Éternel!»

Il fit ainsi des envois à ceux de Béthel, à ceux de Ramoth du midi, à ceux de Jatthir, à ceux d’Aroër, à ceux de Siphmoth, à ceux d’Eschthemoa, à ceux de Racal, à ceux des villes des Jerachmeélites, à ceux des villes des Kéniens, à ceux de Horma, à ceux de Cor-Aschan, à ceux d’Athac, à ceux d’Hébron, et dans tous les lieux que David et ses gens avaient parcourus.

 
 
Le plan analogique de lecture biblique de Cyberspace Ministry vous offre une toute nouvelle façon de lire l’ensemble de la Bible en une année.

Tous les passages bibliques ont été redistribués par thème, en suivant la chronologie des événements rapportés par la Bible: depuis la Création de l’Univers jusqu’à l’inauguration de la Nouvelle Terre.

Pour uniformiser le temps alloué, chaque lecture quotidienne contient un nombre similaire de versets, tout en respectant les coupures naturelles dans le récit biblique.

Essayez ce plan de lecture stimulant et novateur, vous l’adopterez vite! À demain! (www.cyberspaceminsitry.org)