«

»

Mai 21

Jour 141

21 Mai – Jour 141
 
 
«Outre que l’Ecclésiaste fut un sage,

il a encore enseigné la science au peuple,

et il a examiné, sondé, mis en ordre

un grand nombre de sentences.»
(Ecclésiaste 12:11)

 
  Ecclésiaste 5:7-19  
I TU vois dans une province le pauvre opprimé et la violation du droit et de la justice, ne t’en étonne point; car un homme élevé est placé sous la surveillance d’un autre plus élevé, et au-dessus d’eux il en est de plus élevés encore. Un avantage pour le pays à tous égards, c’est un roi honoré du pays.

Celui qui aime l’argent n’est pas rassasié par l’argent, et celui qui aime les richesses n’en profite pas. C’est encore là une vanité. Quand le bien abonde, ceux qui le mangent abondent; et quel avantage en revient-il à son possesseur, sinon qu’il le voit de ses yeux? Le sommeil du travailleur est doux, qu’il ait peu ou beaucoup à manger; mais le rassasiement du riche ne le laisse pas dormir.

Il est un mal grave que j’ai vu sous le soleil: des richesses conservées, pour son malheur, par celui qui les possède. Ces richesses se perdent par quelque événement fâcheux; il a engendré un fils, et il ne reste rien entre ses mains.

Comme il est sorti du ventre de sa mère, il s’en retourne nu ainsi qu’il était venu, et pour son travail n’emporte rien qu’il puisse prendre dans sa main. C’est encore là un mal grave. Il s’en va comme il était venu; et quel avantage lui revient-il d’avoir travaillé pour du vent? De plus, toute sa vie il mange dans les ténèbres, et il a beaucoup de chagrin, de maux et d’irritation.

Voici ce que j’ai vu: c’est pour l’homme une chose bonne et belle de manger et de boire, et de jouir du bien-être au milieu de tout le travail qu’il fait sous le soleil, pendant le nombre des jours de vie que Dieu lui a donnés; car c’est là sa part.

Mais, si Dieu a donné à un homme des richesses et des biens, s’Il l’a rendu maître d’en manger, d’en prendre sa part, et de se réjouir au milieu de son travail, c’est là un don de Dieu. Car il ne se souviendra pas beaucoup des jours de sa vie, parce que Dieu répand la joie dans son cœur.

 
  Ecclésiaste 7:27-29  
OICI ce que j’ai trouvé,» dit l’Ecclésiaste, «en examinant les choses une à une pour en saisir la raison; voici ce que mon âme cherche encore, et que je n’ai point trouvé.

«J’ai trouvé un homme entre mille; mais je n’ai pas trouvé une femme entre elles toutes. Seulement, voici ce que j’ai trouvé, c’est que Dieu a fait les hommes droits; mais ils ont cherché beaucoup de détours.»

 
  Ecclésiaste 8:14-17  
L EST une vanité qui a lieu sur la terre: c’est qu’il y a des justes auxquels il arrive selon l’œuvre des méchants, et des méchants auxquels il arrive selon l’œuvre des justes. Je dis que c’est encore là une vanité.

J’ai donc loué la joie, parce qu’il n’y a de bonheur pour l’homme sous le soleil qu’à manger et à boire et à se réjouir; c’est là ce qui doit l’accompagner au milieu de son travail, pendant les jours de vie que Dieu lui donne sous le soleil.

Lorsque j’ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse et à considérer les choses qui se passent sur la terre, car les yeux de l’homme ne goûtent le sommeil ni jour ni nuit, j’ai vu toute l’œuvre de Dieu, j’ai vu que l’homme ne peut pas trouver ce qui se fait sous le soleil; il a beau se fatiguer à chercher, il ne trouve pas; et même si le sage veut connaître, il ne peut pas trouver.

 
  Ecclésiaste 9:11  
’AI ENCORE vu sous le soleil que la course n’est point aux agiles ni la guerre aux vaillants, ni le pain aux sages, ni la richesse aux intelligents, ni la faveur aux savants; car tout dépend pour eux du temps et des circonstances.
 
  Ecclésiaste 10:1-15  
ES MOUCHES mortes infectent et font fermenter l’huile du parfumeur; un peu de folie l’emporte sur la sagesse et sur la gloire. Le cœur du sage est à sa droite, et le cœur de l’insensé à sa gauche. Quand l’insensé marche dans un chemin, le sens lui manque, et il dit de chacun: «Voilà un fou!»

Si l’esprit de celui qui domine s’élève contre toi, ne quitte point ta place; car le calme prévient de grands péchés. Il est un mal que j’ai vu sous le soleil, comme une erreur provenant de celui qui gouverne: la folie occupe des postes très élevés, et des riches sont assis dans l’abaissement. J’ai vu des esclaves sur des chevaux, et des princes marchant sur terre comme des esclaves.

Celui qui creuse une fosse y tombera, et celui qui renverse une muraille sera mordu par un serpent. Celui qui remue des pierres en sera blessé, et celui qui fend du bois en éprouvera du danger. S’il a émoussé le fer, et s’il n’en a pas aiguisé le tranchant, il devra redoubler de force; mais la sagesse a l’avantage du succès. Si le serpent mord faute d’enchantement, il n’y a point d’avantage pour l’enchanteur.

Les paroles de la bouche du sage sont pleines de grâce; mais les lèvres de l’insensé causent sa perte. Le commencement des paroles de sa bouche est folie, et la fin de son discours est une méchante folie. L’insensé multiplie les paroles. L’homme ne sait point ce qui arrivera, et qui lui dira ce qui sera après lui? Le travail de l’insensé le fatigue, parce qu’il ne sait pas aller à la ville.

 
  Ecclésiaste 11:7,8  
A LUMIÈRE est douce, et il est agréable aux yeux de voir le soleil. Si donc un homme vit beaucoup d’années, qu’il se réjouisse pendant toutes ces années, et qu’il pense aux jours de ténèbres qui seront nombreux; tout ce qui arrivera est vanité.
 
  Ecclésiaste 12:11-14  
UTRE que l’Ecclésiaste fut un sage, il a encore enseigné la science au peuple, et il a examiné, sondé, mis en ordre un grand nombre de sentences. L’Ecclésiaste s’est efforcé de trouver des paroles agréables; et ce qui a été écrit avec droiture, ce sont des paroles de vérité.

Les paroles des sages sont comme des aiguillons; et, rassemblées en un recueil, elles sont comme des clous plantés, données par un seul maître. Du reste, mon fils, tire instruction de ces choses; on ne finirait pas, si l’on voulait faire un grand nombre de livres, et beaucoup d’étude est une fatigue pour le corps.

 
  1 Chroniques 3:10-14  
ILS de Salomon: Roboam. Abija, son fils; Asa, son fils; Josaphat, son fils; Joram, son fils; Achazia, son fils; Joas, son fils; Amatsia, son fils; Azaria, son fils; Jotham, son fils; Achaz, son fils; Ézéchias, son fils; Manassé, son fils; Amon, son fils; Josias, son fils.
 
  1 Rois 12:1-16  
OBOAM se rendit à Sichem, car tout Israël était venu à Sichem pour le faire roi. Lorsque Jéroboam, fils de Nebath, eut des nouvelles, il était encore en Égypte, où il s’était enfui loin du roi Salomon, et c’était en Égypte qu’il demeurait.

On l’envoya appeler. Alors Jéroboam et toute l’assemblée d’Israël vinrent à Roboam et lui parlèrent ainsi: «Ton père a rendu notre joug dur; toi maintenant, allège cette rude servitude et le joug pesant que nous a imposé ton père. Et nous te servirons.» Il leur dit: «Allez, et revenez vers moi dans trois jours.» Et le peuple s’en alla.

Le roi Roboam consulta les vieillards qui avaient été auprès de Salomon, son père, pendant sa vie, et il dit: «Que conseillez-vous de répondre à ce peuple?» Et voici ce qu’ils lui dirent: «Si aujourd’hui tu rends service à ce peuple, si tu leur cèdes, et si tu leur réponds par des paroles bienveillantes, ils seront pour toujours tes serviteurs.»

Mais Roboam laissa le conseil que lui donnaient les vieillards, et il consulta les jeunes gens qui avaient grandi avec lui et qui l’entouraient. Il leur dit: «Que conseillez-vous de répondre à ce peuple qui me tient ce langage: “Allège le joug que nous a imposé ton père”?»

Et voici ce que lui dirent les jeunes gens qui avaient grandi avec lui: «Tu parleras ainsi à ce peuple qui t’a tenu ce langage: “Ton père a rendu notre joug pesant, et toi, allège-le-nous!” Tu leur parleras ainsi: “Mon petit doigt est plus gros que les reins de mon père. Maintenant, mon père vous a chargés d’un joug pesant, et moi je vous le rendrai plus pesant; mon père vous a châtiés avec des fouets, et moi je vous châtierai avec des scorpions.”»

Jéroboam et tout le peuple vinrent à Roboam le troisième jour, suivant ce qu’avait dit le roi: «Revenez vers moi dans trois jours.» Le roi répondit durement au peuple. Il laissa le conseil que lui avaient donné les vieillards, et il leur parla ainsi d’après le conseil des jeunes gens: «Mon père a rendu votre joug pesant, et moi je vous le rendrai plus pesant; mon père vous a châtiés avec des fouets, et moi je vous châtierai avec des scorpions.»

Ainsi le roi n’écouta point le peuple; car cela fut dirigé par l’Éternel, en vue de l’accomplissement de la parole que l’Éternel avait dite par Achija de Silo à Jéroboam, fils de Nebath. Lorsque tout Israël vit que le roi ne l’écoutait pas, le peuple répondit au roi: «Quelle part avons-nous avec David? Nous n’avons point d’héritage avec le fils d’Isaï! À tes tentes, Israël! Maintenant, pourvois à ta maison, David!» Et Israël s’en alla dans ses tentes.

 
  2 Chroniques 10:1-16  
OBOAM se rendit à Sichem, car tout Israël était venu à Sichem pour le faire roi. Lorsque Jéroboam, fils de Nebath, eut des nouvelles, il était en Égypte, où il s’était enfui loin du roi Salomon, et il revint d’Égypte.

On l’envoya appeler. Alors Jéroboam et tout Israël vinrent vers Roboam et lui parlèrent ainsi: «Ton père a rendu notre joug dur; maintenant allège cette rude servitude et le joug pesant que nous a imposé ton père. Et nous te servirons.» Il leur dit: «Revenez vers moi dans trois jours.» Et le peuple s’en alla.

Le roi Roboam consulta les vieillards qui avaient été auprès de Salomon, son père, pendant sa vie, et il dit: «Que conseillez-vous de répondre à ce peuple?» Et voici ce qu’ils lui dirent: «Si tu es bon envers ce peuple, si tu les reçois favorablement, et si tu leur parles avec bienveillance, ils seront pour toujours tes serviteurs.»

Mais Roboam laissa le conseil que lui donnaient les vieillards, et il consulta les jeunes gens qui avaient grandi avec lui et qui l’entouraient. Il leur dit: «Que conseillez-vous de répondre à ce peuple qui me tient ce langage: “Allège le joug que nous a imposé ton père”?»

Et voici ce que lui dirent les jeunes gens qui avaient grandi avec lui: «Tu parleras ainsi à ce peuple qui t’a tenu ce langage: “Ton père a rendu notre joug pesant, et toi, allège-le-nous!” Tu leur parleras ainsi: “Mon petit doigt est plus gros que les reins de mon père. Maintenant, mon père vous a chargés d’un joug pesant, et moi je vous le rendrai plus pesant; mon père vous a châtiés avec des fouets, et moi je vous châtierai avec des scorpions.”»

Jéroboam et tout le peuple vinrent à Roboam le troisième jour, suivant ce qu’avait dit le roi: «Revenez vers moi dans trois jours.» Le roi leur répondit durement. Le roi Roboam laissa le conseil des vieillards, et leur parla ainsi d’après le conseil des jeunes gens: «Mon père a rendu votre joug pesant, et moi je le rendrai plus pesant; mon père vous a châtiés avec des fouets, et moi je vous châtierai avec des scorpions.»

Ainsi le roi n’écouta point le peuple; car cela fut dirigé par Dieu, en vue de l’accomplissement de la parole que l’Éternel avait dite par Achija de Silo à Jéroboam, fils de Nebath. Lorsque tout Israël vit que le roi ne l’écoutait pas, le peuple répondit au roi: «Quelle part avons-nous avec David? Nous n’avons point d’héritage avec le fils d’Isaï! À tes tentes, Israël! Maintenant, pourvois à ta maison, David!» Et tout Israël s’en alla dans ses tentes.

 
  Proverbes 13:10,18; 28:25  
’EST seulement par orgueil qu’on excite des querelles, mais la sagesse est avec ceux qui écoutent les conseils.

La pauvreté et la honte sont le partage de celui qui rejette la correction, mais celui qui a égard à la réprimande est honoré.

L’orgueilleux excite les querelles, mais celui qui se confie en l’Éternel est rassasié.

 
  1 Rois 12:17-20  
ES ENFANTS d’Israël qui habitaient les villes de Juda furent les seuls sur qui régna Roboam. Alors le roi Roboam envoya Adoram, qui était préposé aux impôts. Mais Adoram fut lapidé par tout Israël, et il mourut. Et le roi Roboam se hâta de monter sur un char, pour s’enfuir à Jérusalem.

C’est ainsi qu’Israël s’est détaché de la maison de David jusqu’à ce jour. Tout Israël ayant appris que Jéroboam était de retour, ils l’envoyèrent appeler dans l’assemblée, et ils le firent roi sur tout Israël. La tribu de Juda fut la seule qui suivit la maison de David.

 
  2 Chroniques 10:17-19  
ES ENFANTS d’Israël qui habitaient les villes de Juda furent les seuls sur qui régna Roboam. Alors le roi Roboam envoya Hadoram, qui était préposé aux impôts. Mais Hadoram fut lapidé par les enfants d’Israël, et il mourut. Et le roi Roboam se hâta de monter sur un char, pour s’enfuir à Jérusalem.

C’est ainsi qu’Israël s’est détaché de la maison de David jusqu’à ce jour.

 
 
Le plan analogique de lecture biblique de Cyberspace Ministry vous offre une toute nouvelle façon de lire l’ensemble de la Bible en une année.

Tous les passages bibliques ont été redistribués par thème, en suivant la chronologie des événements rapportés par la Bible: depuis la Création de l’Univers jusqu’à l’inauguration de la Nouvelle Terre.

Pour uniformiser le temps alloué, chaque lecture quotidienne contient un nombre similaire de versets, tout en respectant les coupures naturelles dans le récit biblique.

Essayez ce plan de lecture stimulant et novateur, vous l’adopterez vite! À demain!