«

»

Nov 20

Jour 324

20 Novembre – Jour 324
 
 
«Agrippa dit à Paul: “Il t’est permis de parler pour ta défense.

” Ayant étendu la main, il se justifia en ces termes…»
(Actes 26:1)

 
  Actes 25:1-7  
ESTUS, étant arrivé dans la province, monta trois jours après de Césarée à Jérusalem. Les principaux sacrificateurs et les principaux d’entre les Juifs lui portèrent plainte contre Paul. Ils firent des instances auprès de lui, et, dans des vues hostiles, lui demandèrent comme une faveur qu’il le fît venir à Jérusalem. Ils préparaient un guet-apens, pour le tuer en chemin.

Festus répondit que Paul était gardé à Césarée, et que lui-même devait partir sous peu. «Que les principaux d’entre vous descendent avec moi,» dit-il, «et s’il y a quelque chose de coupable en cet homme, qu’ils l’accusent.» Festus ne passa que huit à dix jours parmi eux, puis il descendit à Césarée.

Le lendemain, s’étant assis sur son tribunal, il donna l’ordre qu’on amenât Paul. Quand il fut arrivé, les Juifs qui étaient venus de Jérusalem l’entourèrent, et portèrent contre lui de nombreuses et graves accusations, qu’ils n’étaient pas en état de prouver.

 
  Jérémie 9:1-9  
H! SI ma tête était remplie d’eau, si mes yeux étaient une source de larmes, je pleurerais jour et nuit les morts de la fille de mon peuple! Oh! si j’avais au désert une cabane de voyageurs, j’abandonnerais mon peuple, je m’en éloignerais! Car ce sont tous des adultères, c’est une troupe de perfides.

«Ils ont la langue tendue comme un arc et lancent le mensonge; ce n’est pas par la vérité qu’ils sont puissants dans le pays; car ils vont de méchanceté en méchanceté, et ils ne Me connaissent pas,» dit l’Éternel.

«Que chacun se tienne en garde contre son ami, et qu’on ne se fie à aucun de ses frères; car tout frère cherche à tromper, et tout ami répand des calomnies. Ils se jouent les uns des autres, et ne disent point la vérité; ils exercent leur langue à mentir, ils s’étudient à faire le mal. Ta demeure est au sein de la fausseté; c’est par fausseté qu’ils refusent de Me connaître,» dit l’Éternel.

C’est pourquoi ainsi parle l’Éternel des armées: «Voici Je les sonderai, Je les éprouverai. Car comment agir à l’égard de la fille de Mon peuple? Leur langue est un trait meurtrier, ils ne disent que des mensonges; de la bouche ils parlent de paix à leur prochain, et au fond du cœur ils lui dressent des pièges. Ne les châtierais-Je pas pour ces choses-là,» dit l’Éternel, «ne Me vengerais-je pas d’une pareille nation?»

 
  Osée 9:7-9  
LS ARRIVENT, les jours du châtiment, ils arrivent, les jours de la rétribution: Israël va l’éprouver! Le prophète est fou, l’homme inspiré a le délire, à cause de la grandeur de tes iniquités et de tes rébellions.

Éphraïm est une sentinelle contre mon Dieu; le prophète, un filet d’oiseleur est sur toutes ses voies, un ennemi dans la maison de son Dieu. Ils sont plongés dans la corruption, comme aux jours de Guibea; l’Éternel Se souviendra de leur iniquité, Il punira leurs péchés.

 
  Actes 25:8-27  
AUL entreprit sa défense, en disant: «Je n’ai rien fait de coupable, ni contre la loi des Juifs, ni contre le temple, ni contre César.» Festus, désirant plaire aux Juifs, répondit à Paul: «Veux-tu monter à Jérusalem, et y être jugé sur ces choses en ma présence?»

Paul dit: «C’est devant le tribunal de César que je comparais, c’est là que je dois être jugé. Je n’ai fait aucun tort aux Juifs, comme tu le sais fort bien. Si j’ai commis quelque injustice, ou quelque crime digne de mort, je ne refuse pas de mourir; mais, si les choses dont ils m’accusent sont fausses, personne n’a le droit de me livrer à eux. J’en appelle à César.» Alors Festus, après avoir délibéré avec le conseil, répondit: «Tu en as appelé à César; tu iras devant César.»

Quelques jours après, le roi Agrippa et Bérénice arrivèrent à Césarée, pour saluer Festus. Comme ils passèrent là plusieurs jours, Festus exposa au roi l’affaire de Paul, et dit: «Félix a laissé prisonnier un homme contre lequel, lorsque j’étais à Jérusalem, les principaux sacrificateurs et les anciens des Juifs ont porté plainte, en demandant sa condamnation.

«Je leur ai répondu que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer un homme avant que l’inculpé ait été mis en présence de ses accusateurs, et qu’il ait eu la faculté de se défendre sur les choses dont on l’accuse. Ils sont donc venus ici, et, sans différer, je m’assis le lendemain sur mon tribunal, et je donnai l’ordre qu’on amenât cet homme.

«Les accusateurs, s’étant présentés, ne lui imputèrent rien de ce que je supposais; ils avaient avec lui des discussions relatives à leur religion particulière, et à un certain Jésus qui est mort, et que Paul affirmait être vivant.

«Ne sachant quel parti prendre dans ce débat, je lui demandai s’il voulait aller à Jérusalem, et y être jugé sur ces choses. Mais Paul en ayant appelé, pour que sa cause fût réservée à la connaissance de l’empereur, j’ai ordonné qu’on le gardât jusqu’à ce que je l’envoyasse à César.» Agrippa dit à Festus: «Je voudrais aussi entendre cet homme.» «Demain,» répondit Festus, «tu l’entendras.»

Le lendemain donc, Agrippa et Bérénice vinrent en grande pompe, et entrèrent dans le lieu de l’audience avec les tribuns et les principaux de la ville. Sur l’ordre de Festus, Paul fut amené.

Alors Festus dit: «Roi Agrippa, et vous tous qui êtes présents avec nous, vous voyez cet homme au sujet duquel toute la multitude des Juifs s’est adressée à moi, soit à Jérusalem, soit ici, en s’écriant qu’il ne devait plus vivre. Pour moi, ayant reconnu qu’il n’a rien fait qui mérite la mort, et lui-même en ayant appelé à l’empereur, j’ai résolu de le faire partir.

«Je n’ai rien de certain à écrire à l’empereur sur son compte; c’est pourquoi je l’ai fait paraître devant vous, et surtout devant toi, roi Agrippa, afin de savoir qu’écrire, après qu’il aura été examiné. Car il me semble absurde d’envoyer un prisonnier sans indiquer de quoi on l’accuse.»

 
  Proverbes 18:13  
ELUI qui répond avant d’avoir écouté fait un acte de folie et s’attire la confusion.
 
  Actes 26:1-11  
GRIPPA dit à Paul: «Il t’est permis de parler pour ta défense.» Et Paul, ayant étendu la main, se justifia en ces termes: «Je m’estime heureux, roi Agrippa, d’avoir aujourd’hui à me justifier devant toi de toutes les choses dont je suis accusé par les Juifs, car tu connais parfaitement leurs coutumes et leurs discussions. Je te prie donc de m’écouter avec patience.

«Ma vie, dès les premiers temps de ma jeunesse, est connue de tous les Juifs, puisqu’elle s’est passée à Jérusalem, au milieu de ma nation. Ils savent depuis longtemps, s’ils veulent le déclarer, que j’ai vécu pharisien, selon la secte la plus rigide de notre religion.

«Et maintenant, je suis mis en jugement parce que j’espère l’accomplissement de la promesse que Dieu a faite à nos pères, et à laquelle aspirent nos douze tribus, qui servent Dieu continuellement nuit et jour. C’est pour cette espérance, ô roi, que je suis accusé par des Juifs! Quoi! Vous semble-t-il incroyable que Dieu ressuscite les morts?

«Pour moi, j’avais cru devoir agir vigoureusement contre le nom de Jésus de Nazareth. C’est ce que j’ai fait à Jérusalem. J’ai jeté en prison plusieurs des saints, ayant reçu ce pouvoir des principaux sacrificateurs, et, quand on les mettait à mort, je joignais mon suffrage à celui des autres. Je les ai souvent châtiés dans toutes les synagogues, et je les forçais à blasphémer. Dans mes excès de fureur contre eux, je les persécutais même jusque dans les villes étrangères.»

 
  Proverbes 12:15; 16:2,25  
A VOIE de l’insensé est droite à ses yeux, mais celui qui écoute les conseils est sage.

Toutes les voies de l’homme sont pures à ses yeux; mais Celui qui pèse les esprits, c’est l’Éternel.

Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort.

 
  Actes 26:12-18  
’EST dans ce but que je me rendis à Damas, avec l’autorisation et la permission des principaux sacrificateurs. Vers le milieu du jour, ô roi, je vis en chemin resplendir autour de moi et de mes compagnons une lumière venant du ciel, et dont l’éclat surpassait celui du soleil.

Nous tombâmes tous par terre, et j’entendis une voix qui me disait en langue hébraïque: «Saul, Saul, pourquoi Me persécutes-tu? Il te serait dur de regimber contre les aiguillons.» Je répondis: «Qui es-Tu, Seigneur?» Et le Seigneur dit: «Je suis Jésus que tu persécutes. Mais lève-toi, et tiens-toi sur tes pieds; car Je te suis apparu pour t’établir ministre et témoin des choses que tu as vues et de celles pour lesquelles Je t’apparaîtrai.

«Je t’ai choisi du milieu de ce peuple et du milieu des païens, vers qui Je t’envoie, afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu’ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu’ils reçoivent, par la foi en Moi, le pardon des péchés et l’héritage avec les sanctifiés.»

 
  Colossiens 1:12-14  
ENDEZ grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de Son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés.
 
  Actes 26:19-24  
AUL dit: «En conséquence, roi Agrippa, je n’ai point résisté à la vision céleste: à ceux de Damas d’abord, puis à Jérusalem, dans toute la Judée, et chez les païens, j’ai prêché la repentance et la conversion à Dieu, avec la pratique d’œuvres dignes de la repentance.

«Voilà pourquoi les Juifs se sont saisis de moi dans le temple, et ont tâché de me faire périr. Mais, grâce au secours de Dieu, j’ai subsisté jusqu’à ce jour, rendant témoignage devant les petits et les grands, sans m’écarter en rien de ce que les prophètes et Moïse ont déclaré devoir arriver, savoir que le Christ souffrirait, et que, ressuscité le premier d’entre les morts, Il annoncerait la lumière au peuple et aux nations.»

Comme il parlait ainsi pour sa justification, Festus dit à haute voix: «Tu es fou, Paul! Ton grand savoir te fait déraisonner.»

 
  2 Corinthiens 5:10-16  
AR IL nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps. Connaissant donc la crainte du Seigneur, nous cherchons à convaincre les hommes; Dieu nous connaît, et j’espère que dans vos consciences vous nous connaissez aussi.

Nous ne nous recommandons pas de nouveau nous-mêmes auprès de vous; mais nous vous donnons occasion de vous glorifier à notre sujet, afin que vous puissiez répondre à ceux qui tirent gloire de ce qui est dans les apparences et non dans le cœur. En effet, si je suis hors de sens, c’est pour Dieu; si je suis de bon sens, c’est pour vous.

Car l’amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un Seul est mort pour tous, tous donc sont morts; et qu’Il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour Celui qui est mort et ressuscité pour eux. Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair; et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne Le connaissons plus de cette manière.

 
 
Le plan analogique de lecture biblique de Cyberspace Ministry vous offre une toute nouvelle façon de lire l’ensemble de la Bible en une année.

Tous les passages bibliques ont été redistribués par thème, en suivant la chronologie des événements rapportés par la Bible: depuis la Création de l’Univers jusqu’à l’inauguration de la Nouvelle Terre.

Pour uniformiser le temps alloué, chaque lecture quotidienne contient un nombre similaire de versets, tout en respectant les coupures naturelles dans le récit biblique.

Essayez ce plan de lecture stimulant et novateur, vous l’adopterez vite! À demain!