«

»

Nov 02

La foi en Jésus ou… la foi de Jésus ?

« C’est ici la persévérance des saints,

qui gardent les commandements de Dieu

et la foi de Jésus. » 

Apocalypse 14:12 

.

Si on se base sur une traduction littérale du texte, en grec il est effectivement écrit “foi de Jésus”.La fin de ce verset parle de « la foi de Jésus », or d’autres traductions disent « la foi en Jésus ». Aussi certains lecteurs de la Bible se trouve désorientés et ne savent plus que penser à ce sujet, est-ce « la foi de Jésus » ou est-ce « la foi en Jésus » ? La question n’est pas surprenante, elle est souvent posée.

Cependant il faut savoir qu’il y a là matière à discussion ou interprétation.
En effet que veut dire la foi de Jésus ?

Pour faire simple, et ne pas entrer dans trop de considérations théologiques, pour beaucoup cela est interprété comme étant « la foi qui vient de Jésus », c’est à dire la foi que Jésus nous donne en lui, en son salut. C’est donc pour cela qu’ils l’interprètent et traduisent la foi en Jésus. Car il semble pour eux que Jésus, étant Dieu incarné, n’avait pas besoin d’avoir la foi. De ce fait, on ne peut pas proprement parler de la foi de Jésus comme étant la sienne.
Pour d’autres il s’agit bien de la foi de Jésus, c’est à dire celle qu’il avait en tant qu’homme sur terre. Si l’on considère que Jésus est notre exemple, que sur terre il était pleinement homme comme nous, il a dû aussi expérimenter et vivre la foi, comme nous.

En fait l’homme Jésus devait, pour être véritablement comme nous et être notre sauveur, vivre par la foi, comme nous le lisons dans l’épitre aux Hébreux au chapitre 5, versets 7 à 9 :
« C’est lui qui, dans les jours de sa chair, a présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été exaucé à cause de sa piété. Il a appris, bien qu’il soit Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes ; après avoir été élevé à la perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel, »

Donc Jésus a témoigné de sa foi en Dieu. Ce texte fait référence au Jardin de Gethsémané où Jésus dit :“Non pas ce que je veux mais ce que tu veux”, ce qui est un acte de foi de sa part.
Et on pourrait citer d’autres textes comme la résurrection de Lazare quand Jésus prie avant de le ressusciter. Il dit lui-même qu’il a la foi : « Pour moi, je sais que tu m’exauces toujours ; mais j’ai parlé à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé. » (Jean 11 : 42)
Il est donc évident que Jésus avait la foi. Cette foi est une totale dépendance en Dieu le Père, quoi qu’il arrive. Et cela a été jusqu’à la mort sur la croix, avec son dernier cri : « Père, je remets mon esprit entre tes mains. »

Alors faut-il avoir foi en Jésus ? Ou avoir la foi de Jésus ? Franchement le débat est-il nécessaire ?
Je pense personnellement que cela est inutile. Car il faut, et cela est certain, avoir la foi en Jésus, en son salut par sa mort, pour obtenir le pardon des péchés et la vie éternelle. Ceci est clairement explicite dans les enseignements des apôtres. Cependant, cela n’exclut pas le fait que Jésus, étant notre exemple, a vécu par la foi et que nous devons expérimenter cette foi avec lui.
Dans Apocalypse 14 : 12, il est question de la persévérance des saints. Ceux-ci ne se contentent pas de croire en Jésus, mais étant des imitateurs du Christ, comme recommandés par l’apôtre Paul, ils sont animés de la foi de Jésus, c’est-à-dire une dépendance totale au Père. Si l’on considère que les saints d’Apocalypse 14 sont ceux qui traversent la grande tribulation, alors cela peut se comprendre, car dans ces temps, face aux tribulations, il faut avoir une foi de cette trempe-là.