«

»

Juil 04

La vérité nous sanctifie

.

«Sanctifie par ta vérité:

Ta Parole est la verite.»

Jean 17:17

.

LA SANCTIFICATION débute dans la régénération. L’Esprit de Dieu infuse en l’homme ce nouveau principe de vie par lequel il devient «une nouvelle créature» en Jésus-Christ.

Commençant à la nouvelle naissance, cette œuvre se poursuit de deux manières: la mortification, par laquelle les convoitises de la chair sont maîtrisées et gardées sous contrôle; et la vivification, par laquelle la vie que Dieu a insufflée en nous devient une source d’eau jaillissant jusque dans la vie éternelle.

Ce processus prend place chaque jour, reposant sur ce qu’on appelle la «persévérance», par laquelle le chrétien est préservé et gardé dans un état de grâce, état qui le fait abonder en bonnes œuvres à la louange et à la gloire de Dieu.

Le tout culmine à sa perfection, à l’atteinte de la «gloire», lorsque l’âme complètement épurée est saisie au retour de Jésus, pour demeurer avec les êtres saints à la droite de la Majesté céleste.

Cependant, alors que l’Esprit de Dieu est l’Auteur de la sanctification, il existe aussi un agent visible dont l’action ne doit pas être oubliée. Jésus dit: «Sanctifie-les par Ta vérité: Ta parole est la vérité.»

De nombreux passages de l’Écriture prouvent que l’instrument de notre sanctification est la Parole de Dieu. L’Esprit de Dieu apporte à notre esprit les préceptes et les doctrines de la vérité, et les applique avec puissance. Ils sont entendus par l’oreille, puis reçus dans le cœur, et ils «produisent en nous le vouloir et le faire, selon le bon plaisir de Dieu.»

La vérité est l’élément qui nous sanctifie, et si nous n’entendons pas ou ne lisons pas la vérité, nous ne croîtrons pas dans la sanctification. Tout progrès dans notre vie spirituelle passe d’abord par un progrès dans notre compréhension de la Parole de Dieu. «Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier.»

Lorsque vous faites face à l’erreur, ne dites pas: «Ce n’est qu’une question d’opinion.» Personne ne peut passer sous silence une erreur de doctrine sans, tôt ou tard, tolérer une erreur dans la mise en pratique de cette doctrine.

Retenons fermement la vérité, car en agissant ainsi, nous serons sanctifiés par l’Esprit de Dieu.