«

»

Oct 05

La voie du Salut

«Celui qui croira et

qui sera baptisé sera sauvé.»

(Marc 16:16) 

.
UN PRÉDICATEUR demanda aux habitants d’une petite île comment une personne pouvait être sauvée.

Un vieil homme répondit: «Nous serons sauvés si nous nous repentons, si nous abandonnons nos péchés, et nous nous tournons vers Dieu.» «Oui, avec un cœur sincère,» précisa une jeune femme. «Oui, et par la prière,» renchérit un troisième. «Et nous devons aussi nous appliquer à garder les commandements,» ajouta une quatrième.

Lorsque chacun eut contribué à la réponse, estimant qu’un credo très convenable venait d’être élaboré, tous cherchèrent un signe d’approbation de la part du prédicateur; mais ils n’avaient éveillé en lui que la plus profonde pitié.

L’esprit séculier se trace toujours un chemin dans lequel le moi est à l’œuvre et manifeste sa grandeur; mais les voies de Dieu s’opposent tout à fait à cette approche. Nul ne peut se glorifier de croire et d’être baptisé; ces deux actions sont si simples qu’elles excluent toute vantardise, réservant plutôt la palme à la grâce divine.

Cher lecteur, peut-être n’es-tu pas sauvé: pour quelle raison? Doutes-tu de la voie du salut présentée dans le texte de méditation? Comment serait-ce possible alors que Dieu Lui-même atteste la véracité de Sa parole? Trouves-tu cela trop facile? Alors pourquoi n’y obéis-tu pas? Ceux qui négligent cette voie sont sans excuse.

Croire, c’est simplement faire confiance, dépendre de Jésus-Christ, compter sur Lui. Être baptisé, c’est se soumettre au rite auquel le Seigneur a participé au Jourdain; auquel les convertis se sont soumis à la Pentecôte; auquel le gardien de prison a obéi la nuit même de sa conversion.

Ce signe extérieur ne procure pas le salut, mais il illustre notre mort, notre ensevelissement et notre résurrection avec Jésus: tout comme la Sainte Cène, il ne doit pas être négligé.

Ô lecteur, crois-tu en Jésus? Alors, cher ami, laisse tomber tes craintes: tu seras sauvé. Demeures-tu encore dans l’incrédulité? Alors souviens-toi qu’il n’y a qu’une seule porte, et que si tu n’entres pas par celle-ci, tu périras dans tes péchés.