«

»

Mai 10

Le péché d’Acan

Celui qui sera désigné comme ayant pris

de ce qui était dévoué par interdit

sera brûlé par le feu, lui et tout ce qui lui appartient,

pour avoir transgressé l’alliance de l’Éternel

et commis une infamie en Israël. (Josué 7.15)

.

L’Éternel n’a pas spécifié qui était le coupable, mais il fournit des instructions sur la marche à suivre.

Il dit: « Vous vous approcherez le matin selon vos tribus; et la tribu que désignera l’Éternel s’approchera par famille, et la famille que désignera l’Éternel s’approchera par maison, et la maison que désignera l’Éternel s’approchera par homme. »

En passant tout le peuple au peigne fin, l’Éternel révèle qu’il a connaissance des actions sournoises et frauduleuses, bien que l’on pense qu’elles sont cachées.

Durant toute cette intrigue, Acan était déterminé à ne pas reconnaître son péché; mais à présent, l’Éternel l’accule.

Si Josué avait désigné le péché d’Acan, de nombreuses personnes auraient sympathisé avec le coupable qui aurait clamé son innocence et, selon leur jugement humain, elles se seraient insurgées prétendant qu’il avait été faussement accusé.

C’est ce qui se produit aujourd’hui lorsque ceux qui sont accusés d’une faute éventuelle, abandonnent Dieu. C’est la raison pour laquelle Josué s’adressa à Acan en ces termes:

« Mon fils, donne gloire à l’Éternel, le Dieu d’Israël, et rends-lui hommage. Dis-moi donc ce que tu as fait, ne me le cache point. »

L’Éternel révéla simplement à Josué ce qu’Acan avait accompli.

.

Tant d’hommes se laissent influencer par la sympathie humaine, aussi le larron est-il souvent blanchi de la sorte, c’est la raison pour laquelle l’Éternel souhaita donner une leçon à Israël, leçon qui porterait ses fruits jusqu’à nous.

Ainsi, Josué supplia le jeune homme de lui confier ce qu’il avait fait.

Si Acan avait été puni avant qu’il n’ait pu confesser sa faute de ses propres lèvres, les gens, naturellement enclins à la rébellion, auraient accusé Josué d’apostropher rudement le jeune homme, et dénoncé sa cruauté quant au choix de la punition.

Acan confessa et dit: « II est vrai que j’ai péché contre l’Éternel, le Dieu d’Israël, et voici ce que j’ai fait. J’ai vu dans le butin un beau manteau de Schinéar, deux cents sicles d’argent, et un lingot d’or du poids de cinquante sicles; je les ai convoités, et je les ai pris; ils sont cachés dans la terre au milieu de ma tente, et l’argent est dessous. »

« Et tout Israël le lapida. On les brûla au feu, on les lapida. »