«

»

Août 30

Ne sois pas effrayé!

  «Si tu crois

de tout ton cœur,

cela est possible.»

(Actes 8:37)

.

CHER lecteur pieux, ces mots apportent une réponse à tes hésitations au sujet des ordonnances divines.

Peut-être te dis-tu: «Je crains d’être baptisé; c’est un acte si solennel de se déclarer mort avec Christ, et enseveli avec Lui. Je ne me sens pas à l’aise de prendre part à la table du Maître; j’ai peur de manger et de boire un jugement contre moi-même, en ne discernant pas le corps du Seigneur.»

Approche donc, toi qui trembles, Jésus t’a donné la liberté: ne sois pas effrayé.

Si un étranger venait chez toi, il se tiendrait debout à la porte, ou attendrait dans le couloir; il ne songerait pas à s’introduire sans invitation dans ton salon: il n’est pas chez lui. Mais ton enfant jouit d’une entière liberté dans ta maison; et il en va de même pour l’enfant de Dieu. Un étranger ne peut entrer là où un enfant a un complet accès.

Dès que le Saint-Esprit te permet de ressentir l’esprit d’adoption, tu peux recevoir le baptême et participer à la Sainte Cène sans aucune crainte. La même règle s’applique aux privilèges divins accordés au chrétien.

Peut-être penses-tu que tu n’es pas autorisé à te réjouir d’un bonheur inexprimable et débordant de gloire. Si on ne te permettait que de franchir la porte de Christ, et de t’asseoir ne serait-ce qu’au bout de Sa table, tu n’en demanderais pas davantage. Ah! sache que tu n’auras pas moins de privilèges que le plus grand.

Dieu dispense Son amour à tous Ses enfants, sans distinction. Pour Lui, un enfant est un enfant; Il n’en fera pas un domestique; mais l’enfant prendra part au festin où l’on servira le veau gras, et il y aura pour lui de la musique et des danses, comme s’il ne s’était jamais égaré.

Lorsque Jésus vient dans un cœur, Il lui accorde une permission générale de se réjouir dans le Seigneur. Aucune chaîne n’est portée à la cour du Roi Jésus. Notre admission aux pleins privilèges peut être graduelle, mais elle est certaine.

Cher lecteur, peut-être te dis-tu: «J’aimerais pouvoir jouir des promesses, et marcher en toute liberté dans les commandements de mon Seigneur.» «Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible.»

Source = www.cyberspaceministry.org