«

»

Oct 02

Notre espérance dans les cieux

«L’espérance qui vous est

réservée dans les cieux.»

(Colossiens 1:5)

.
NOTRE espérance en Christ pour le futur est le principal ressort, le principal support de notre joie ici-bas. Elle pousse notre cœur à penser souvent au ciel, car tout ce que nous pouvons désirer nous y est promis.

Ici-bas nous sommes fatigués et usés, mais là-haut se trouve le pays du repos, où la sueur causée par les travaux ne sillonnera plus le front de l’ouvrier, et d’où l’épuisement sera bannie pour toujours. À ceux qui sont fatigués et chargés, le mot «repos» évoque l’image du ciel.

Nous sommes toujours sur le champ de bataille, tentés intérieurement, et rudoyés par les adversaires extérieurement, à tel point que nous avons peu ou pas de paix; mais au ciel, nous jouirons de la victoire, lorsque la bannière du triomphe sera déroulée, que l’épée retrouvera son fourreau, et que nous entendrons notre Capitaine dire: «C’est bien, bon et fidèle serviteur.»

Nous avons subi deuil après deuil, mais nous sommes en marche vers le pays immortel où les tombes n’existent pas.

Ici-bas le péché est pour nous un sujet constant de tristesse, mais là-haut nous serons parfaitement saints, car «il n’entrera dans ce Royaume rien de souillé.» On ne trouve aucune mauvaise herbe dans les champs célestes.

Une joie profonde nous habite lorsque nous prenons conscience de la fin prochaine de ce pèlerinage terrestre, de ce séjour dans le désert, laissant enfin place à notre héritage en Canaan. Mais veillons à ce que nous ne rêvions pas du futur en oubliant le présent: puissent nos pensées d’avenir sanctifier le présent pour un meilleur usage.

Par l’action de l’Esprit de Dieu, l’espérance du ciel est la plus puissante influence suscitant en nous le développement de la vertu; c’est une fontaine d’où jaillissent nos efforts enjoués; c’est la pierre angulaire d’une sainteté épanouie.

Le croyant qui a en lui cette espérance entreprend son travail avec vigueur, car la joie de l’Éternel est sa force. Il lutte ardemment contre la tentation, car l’espérance du monde à venir repousse les flèches enflammées de l’adversaire.

Il peut œuvrer sans s’attendre à une gratification immédiate, car il a les yeux tournés vers sa récompense dans le monde à venir.

.

Source: www.cyberspaceministry.org