«

»

Sep 13

Sept vérités fondamentales concernant Jésus

 

   Voici sept faits absolument uniques,

qui concernent Jésus

et ne s’appliquent à aucun

autre homme, aussi grand soit-il.

Les comprendre est d’une importance

vitale pour chacun de nous.

.

1. Jésus a quitté le ciel pour venir sur terre.

Comment Jésus est-il appelé dans les prophéties messianiques ?

« On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. » (Ésaïe 9.5).

Même s’il est né d’une mère humaine (Matthieu 1.22, 23), Jésus est Dieu — Dieu fait chair.

Depuis quand Jésus affirme-t-il avoir existé ?

« Avant qu’Abraham fût, moi, je suis. » (Jean 8.58).

Par ces mots: « Je suis », Jésus s’identifie au Dieu éternel qui s’est révélé à Moïse (voir Exode 3.14). Il déclare au monde : « Je suis » celui qui est, j’ai toujours existé et j’existerai toujours. Dwigth L. Moddy, le grand évangéliste du 19e siècle, disait à propos de l’incarnation de Jésus :

« Cela aurait déjà été un grand sacrifice pour Jésus que de venir parmi nous et d’être bercé dans un berceau en argent, d’être soigné par un ange, et d’être nourri avec une cuiller en or. Mais le Créateur du ciel et de la terre a revêtu la nature humaine; il est né de parents pauvres, dans une étable, dans le pire environnement qu’on puisse imaginer. »

Pourquoi Jésus est-il venu dans notre monde ?

« Elle (Marie) enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » (Matthieu 1.21).

C’est parce qu’il voulait nous arracher au péché et à la mort que Jésus, le Créateur de l’univers (Jean 1.1-3, 14), décida de venir dans notre monde. Son nom même est une promesse : « Jésus » signifie « le Seigneur sauve ». Il permet aux faibles humains que nous sommes de trouver le bonheur et la vie éternelle.
 

 

2. Jésus a vécu une vie sans péché.

«
Jésus, le Fils de Dieu,… a été tenté comme nous à tous égards, sans commettre de péché. » (Hébreux 4.14,15).

La perfection morale de Jésus s’est exprimée de manière concrète, vivante, dans un corps de chair et de sang. Car Dieu a fait plus que discuter avec nous pour nous convaincre de changer de vie. Il a présenté son meilleur argument en la personne de Jésus-Christ. En passant par toutes les épreuves de l’existence humaine et en restant fidèle au bien, Christ nous a convaincus, mieux que tous les sermons, que la vie la plus belle est exempte de péché.

Satan, le grand adversaire, a tout tenté pour séduire Jésus et l’amener à pécher. Au début de son ministère déjà, alors qu’il jeûnait dans le désert de Judée, le diable lança ses plus violents assauts contre l’intégrité du Messie (Matthieu 4.1-11). Plus tard, durant la longue nuit au jardin de Gethsémané, à l’approche de la crucifixion, la tentation se fit si intense que sa sueur devint comme des grumeaux de sang (Luc 22.44).

Personne n’a eu à faire face à des attaques démoniaques aussi intenses et prolongées. Mais le Christ est demeuré ferme face aux traits enflammés du Malin, sans jamais pécher. Parce que Jésus a expérimenté toutes les difficultés et les tentations de cette terre, il comprend nos luttes et nos besoins. Il peut « compatir à nos faiblesses » (Hébreux 4.15).

Pourquoi était-il nécessaire que Jésus vive une vie sans péché ?

« Celui qui n’a pas connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous deve-nions en lui justice de Dieu. » (2 Corinthiens 5.21).

« Le Christ a été traité selon nos mérites afin que nous puissions être traité selon ses mérites. Il a été condamné pour nos péchés, auxquels il n’avait pas participé, afin que nous puissions être justifiés par sa justice, à laquelle nous n’avions pas participé. Il a souffert la mort qui était la nôtre, afin que nous puissions recevoir la vie qui est la sienne. » (E.G. White, Jésus-Christ – Éditions Vie et Santé, Dammarie-lès-Lys, 1992, p.15).

C’est ainsi que les pécheurs sont justifiés — déclarés justes par le Dieu Saint en vertu des seuls mérites de Christ.


3. Jésus est mort pour nos péchés.

Combien de personnes ont péché ?

« Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. » (Romains 3.23).

Quelle est la conséquence du péché ?

« Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Christ-Jésus notre Seigneur. » (Romains 6.23).

Pourquoi Jésus est-il mort ?

« À peine mourrait-on pour un juste ; quelqu’un peut-être aurait le courage de mourir pour un homme qui est bon. Mais en ceci, Dieu prouve son amour envers nous : lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous. » (Romains 5.7-8).

« Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. » (Jean 1.29).

Nous tous avons péché et sommes sujets à la mort éternelle — l’ultime conséquence du péché. Mais Jésus « est devenu péché pour nous » (2 Corinthiens 5 .21). Il est mort à notre place, prenant ainsi sur lui notre sentence de mort. Sa mort est un don, « le don de Dieu qui est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6.23).

Un jour, dans le camp nazi d’Auschwitz, le commandant annonça que dix hommes allaient être exécutés parce qu’un prisonnier venait de s’échapper. Et il commença à égrener la liste des noms. Lorsque le dernier homme entendit son nom, il se mit à sangloter : « Ma femme! Mes enfants! »

Soudain, un prisonnier plus âgé se fraya un chemin jusqu’au commandant. C’était le Père Maximilien Kolbe, un saint homme qui partageait l’amour de Dieu même au milieu des horreurs d’Auschwitz. « Monsieur le Commandant », dit-il, « je vous en prie, laissez-moi prendre sa place. »

Désarçonné, l’officier SS ordonna à Kolbe de rejoindre les neuf autres sur le chemin qui menait au Bloc 13. Dans cette cave noire et fétide, les hommes allaient mourir de faim. Au cours des jours qui suivirent, on put entendre les prières et les chants de louange provenant de la cellule de Kolbe. Finalement, il fut mis à mort par injection de phénol.

Le Père Kolbe avait mené une vie héroïque et intègre dans les circons-tances les plus éprouvantes qui soient. Mais il était prêt à se sacrifier pour un étranger en détresse. Un tel amour dépasse la compréhension humaine, il est inspiré par l’exemple de Jésus qui a offert sa vie en faveur de ceux qui n’en étaient pas dignes. Grâce à sa mort, « nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ » (Romains 5.1).

 

 

4. Jésus a vaincu la mort.

La mort de Jésus sur la croix n’a pas marqué la fin de son histoire. Il ne pouvait demeurer dans la tombe (Actes 2.24); il aurait été un « Sauveur mort ». Aujourd’hui, il est vivant et il œuvre dans notre monde.

« Le Christ-Jésus est celui qui est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous. » (Romains 8.34).

Mohammed et Bouddha ont présenté au monde quelques grandes vérités philosophiques. Ils ont inspiré la vie de millions de gens, mais ils ne possèdent aucun pouvoir surnaturel pour donner la vie. Eux-mêmes reposent encore chacun dans son tombeau.

Jésus, lui, est sorti du tombeau, le troisième jour après sa mort (Luc 23 et 24).

« Moi je suis le premier et le dernier, le vivant. J’étais mort, et me voici vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clés de la mort et du séjour des morts. » (Apocalypse 1.18).

Seul Jésus a prouvé, en sortant de la tombe, qu’il pouvait vaincre le spectre de la mort.


Quelle promesse le Christ ressuscité nous a-t-il faite ?

« …moi je vis, et… vous aussi, vous vivrez. » (Jean 14.19).

Jésus est vivant! Le Ressuscité peut maintenant nous offrir une vie qui est à la fois abondante et éternelle. Il vivra dans nos cœurs si nous l’invitons à y entrer (Apocalypse 3.20).

Le Christ ressuscité est-il présent à chaque instant de nos vies ?

« Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » (Matthieu 28.20).

Partout dans le monde, des hommes et des femmes racontent comment le Christ les a délivrés de leurs dépendances et de leurs traumatismes les plus profonds. Ces témoignages s’élèvent en un chœur de louanges, attestant la puissance du Christ ressuscité.

Voici le témoignage rempli de gratitude émanant de l’un de nos étudiants : « J’étais alcoolique. Un jour, en quittant le bar, mon attention a été attirée par une carte de couleur, dans le caniveau. C’était une invitation à suivre vos cours de Bible. Je l’ai ramassée, je l’ai remplie et envoyée. Pour la première fois j’ai commencé à comprendre l’amour du Christ. Peu de temps après avoir suivi le cours de Bible, j’ai donné ma vie à Dieu et j’ai été délivré de mon penchant pour le whisky. »

Jésus a pris possession de la vie de cet homme et lui a donné la force de surmonter sa dépendance. Une nouvelle puissance est entrée dans sa vie, plus forte que ses anciennes pulsions. Parce que le Christ est notre Sauveur ressuscité, il peut sauver tous ceux qui viennent chercher de l’aide auprès de lui.



5. Jésus est monté au Ciel.

Quelque temps après sa résurrection, Jésus est retourné auprès du Père :


«
Après avoir dit cela, il (Jésus) fut élevé pendant qu’ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux. » (Actes 1.9).


Non seulement Jésus est ressuscité, vivant et victorieux de la mort, mais il est dans le ciel, à la droite du Père (Éphésiens 1.20) où il est honoré par les êtres célestes (Apocalypse 5.11, 12). C’est là qu’il exerce un ministère en notre faveur.

 

 

.

.

6. Jésus intercède pour nous.

Juste avant sa mort et sa résurrection, quelle promesse Jésus a-t-il faite à ses disciples ?

« Que votre coeur ne se trouble pas. Croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. Sinon, je vous l’aurais dit; car je vais vous préparer une place. » (Jean 14.1,2).

Que signifie « nous préparer une place »? Il ne s’agit pas de nous bâtir une maison dans le ciel; le ministère céleste du Christ n’est pas celui de la maçonnerie !

Le Nouveau Testament nous révèle que Jésus est actuellement notre représentant dans les lieux célestes. En présence du Père et des anges, il reconnaît ceux qui lui appartiennent (Matthieu 10.32; Luc 12.8) et il les met au bénéfice de sa vie parfaite. Jésus est donc le médiateur dont nous avions besoin, le seul qui puisse rétablir le lien brisé entre le ciel et la terre.

« Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ-Jésus homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. » (1 Timothée 2.5,6).

« Il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. » (Hébreux 7.25).

Grâce au ministère céleste du Christ, chaque croyant véritable est ainsi pardonné de ses péchés, justifié, et son nom est inscrit dans le livre de vie. De plus, Jésus nous assure le soutien spirituel dont nous avons besoin pour mener une vie conforme à sa volonté.

Ne craignons pas de nous approcher de lui, dans la prière et avec foi (Hébreux 4.14-16). C’est le plus grand plaisir du Christ ressuscité que d’agir en notre faveur. Celui qui a béni les enfants, réhabilité la femme adultère et pardonné au voleur agonisant sur la croix, est à l’œuvre aujourd’hui pour répondre à nos besoins.



7. Jésus reviendra.

Avant de retourner au ciel, quelle promesse Jésus a-t-il faite ?

« Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. » (Jean 14.3).

Lorsque Jésus reviendra, il nous délivrera une fois pour toutes du péché, de la maladie, de la souffrance et de la mort qui tourmentent notre planète. Il nous accueillera dans un monde nouveau de vie et de bonheur éternels, en la présence de Dieu. Les guides nos 7 à 10 de notre série Découverte traiteront plus en détail des événements liés au retour du Christ.

 


Il est venu parmi nous, Dieu fait homme.
Il a vécu une vie sans péché.
Il est mort pour nos péchés.
Il est ressuscité pour nous délivrer de la mort.
Il est monté au ciel pour nous préparer une place.
Il intercède chaque jour en notre faveur.
Il reviendra bientôt pour nous prendre avec lui.