«

»

Avr 11

Tôt ou tard?

  « Celui qui tombera

sur cette Pierre

s’y brisera,

et celui sur qui

elle tombera

sera écrasé »

(Matthieu 21:44). 

.
Jésus a dit une chose qui en a surpris beaucoup même aujourd’hui:

« Celui qui tombera sur cette Pierre ( il s’agit de lui-même, comme Sauveur du monde) s’y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé » (Matthieu 21:44).

Les dirigeants de la nation étaient en train de planifier son assassinat.

Caïphe, le souverain sacrificateur, le haïssait; Pilate, le gouverneur romain, l’aurait volontiers libéré en raison de son innocence, mais il consentit à sa mort; le roi Hérode y consentait de bon gré.

C’était la manœuvre politico-religieuse et judiciaire la plus honteuse de toute l’histoire! Jésus venait de leur rappeler l’incident bien connu survenu lors de la construction du temple de Salomon.

Une grande pierre dérangeait les constructeurs qui ne sachant que faire d’elle, la laissèrent abandonnée aux intempéries. Ils finirent par découvrirent qu’elle n’était rien de moins que la « pierre angulaire », dont la fonction convenait parfaitement. Jésus lui-même affirma être cette « Pierre angulaire » rejetée par les constructeurs.

.

Jusque-là, la signification est claire.

Mais pourquoi est-il dit: « Celui qui tombera sur cette Pierre sera brisé »?

Nous en trouvons une bonne illustration dans l’histoire de Pierre.

Arrogant et orgueilleux, il était sûr de ne jamais céder devant les pressions; mais avant que le coq ne chante il avait renié trois fois le Seigneur (il vous suffira de vous lever tôt et d’affiner votre ouïe pour vérifier combien de fois à chanté votre coq et le mien).

Pierre pleura amèrement en se rendant compte de la culpabilité de son propre cœur. Sa repentance fut authentique et profonde. ‘Il tomba sur la Pierre et fut brisé’.

L’amour du ‘moi’ fut brisé. Son cœur fut subjugué. Plus d’un peintre l’a toujours représenté avec une larme coulant de ses yeux.

.

Au contraire, pense à Caïphe, Pilate et Hérode. L’attente du jugement final est tout ce qui leur reste. Christ les « écrasera » jusqu’à les réduire en poussière.

C’est leur propre histoire qui le fera! Dieu n’a pas besoin de prononcer beaucoup de paroles pour les condamner, car ils le feront eux-mêmes. Ils ne sauveront rien pour l’éternité.

Un sage écrivain a employé ce texte de la « Pierre » pour faire un appel aux membres d’église, afin qu’ils permettent au Saint-Esprit de briser leur cœur orgueilleux, et aux instructeurs des centres d’enseignement chrétien, dont les cœurs orgueilleux et égoïstes avaient caché Jésus aux étudiants.

Il fit aussi ce même appel aux pasteurs et aux dirigeants de l’église qui répètent la négation de Pierre.

.

Quelque soit la façon de voir la chose, personne ne peut échapper à un fait: le ‘moi’ devra être humilié TÔT ou TARD.

Il peut l’être maintenant, par notre propre décision de porter la croix de Christ, sur laquelle le ‘moi’ est crucifié; ou bien nous pouvons continuer à faire du ‘moi’ le centre de l’adoration de notre cœur.

Le premier cas implique des larmes de repentance aujourd’hui. Le second signifie être « écrasé » demain, pour disparaître comme la poussière dans la tourmente: l’insignifiance du néant pour toujours.

Hérode, Caïphe et Pilate nous donnèrent une bonne leçon, à un prix éternellement cher pour eux-mêmes.