«

»

Avr 28

Un zèle sans intelligence

Je leur rends le témoignage

qu’ils ont du zèle pour Dieu,

mais sans intelligence.

Romains 10:2.

.

Il existe un zèle bruyant, sans but déterminé qui ne procède pas de la connaissance, qui est aveugle et n’aboutit qu’à la destruction. Ce n’est pas un zèle chrétien.

Le vrai zèle émane de nos principes et n’est pas intermittent. Il est profond et puissant, engageant l’être tout entier, éveille le sens moral.

Le salut des âmes et l’intérêt du royaume de Dieu sont des thèmes de la plus grande importance. Quel autre objet pourrions-nous considérer avec plus de sérieux?

Les destinées éternelles sont en jeux. Hommes et femmes se décident pour le bien ou pour le mal.

Le zèle chrétien ne consiste pas seulement en paroles mais en sentiments et en actes vigoureux et efficaces. Toutefois, ce zèle ne nous pousse pas à agir pour être vus des hommes.

L’humilité le caractérise, il nous incite  à prier avec ferveur et avec humilité, et à être fidèles dans l’accomplissement de nos devoirs domestiques.

L’amabilité, l’amour, la bienveillance et la compassion, manifestés au sein de la famille, en seront les fruits…

 .

Combien peu de chrétiens comprennent la valeur des âmes!

Combien peu sont disposés à se sacrifier pour en amener d’autres à la connaissance du Christ!

On parle beaucoup de l’amour qu’on a pour les âmes qui périssent, mais en parler coûte peu. Ce qu’il nous faut, c’est un zèle chrétien, un zèle qui se manifeste par des œuvres.

Chacun doit travailler à sa propre conversion afin que, possédant Jésus dans son cœur, il confesse Son nom autour de lui.

Si nous avons le Christ en nous, nous ne pourrons pas plus nous empêcher de Le confesser que les chutes du Niagara ne pourraient s’empêcher de couler.

.

La vie éternelle devrait réveiller le plus profond intérêt du chrétien:

Être collaborateur avec Christ et des anges célestes dans le grand plan du salut.

Quelle tâche peut être comparée avec celle-ci?

Que de toute âme sauvée monte vers Dieu une offrande de gloire qui se reflète sur celui qui est sauvé et sur celui qui fut l’instrument de son salut.

.