«

»

Mar 18

Une foi inébranlable

  Mais qu’il la demande avec foi, sans douter;

car celui qui doute est

semblable au flot de la mer,

agité par le vent et poussé

de côté et d’autre.

Jacques 1:6.  

.

La prière et la foi ont des liens étroits et doivent être étudiées ensemble.

Il y a, dans la prière de la foi, une science divine, à laquelle doit accéder celui qui veut réussir sa vie.

Le Christ a dit: « Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et cela vous sera accordé » (Marc 11:24).

Bien sûr, nos demandes doivent être en harmonie avec la volonté de Dieu; nous devons rechercher ce qu’Il nous a promis, et utiliser ce que nous recevons selon Son vouloir. Dans ces conditions, Sa promesse est sans équivoque.

 

Nous pouvons demander le pardon de nos péchés, le Saint-Esprit, un caractère à l’image du Christ, la sagesse et la force pour accomplir l’œuvre de Dieu, ou n’importe lequel des dons promis; et puis croyons que nous le recevons, et remercions-en Dieu.

 Nous n’avons à attendre aucune manifestation extérieure de la bénédiction divine. Le don est dans la promesse, et nous pouvons vaquer à nos occupations, certains que ce que Dieu a promis, Il peut l’accorder, et que ce don, que nous possédons déjà, se manifestera lorsque nous en aurons le plus besoin.

Vivre ainsi, de la Parole de Dieu, signifie que l’on s’est totalement abandonné au Seigneur, que l’on a sans cesse besoin de Lui, que l’on en est sans cesse dépendant, que le cœur s’élance vers Lui.

La prière est alors indispensable: c’est la vie de l’âme. La prière en famille, la prière publique ont leur importance, mais c’est la relation secrète avec Dieu qui fait vivre l’âme…

 

Beaucoup de gens, même dans les moments qu’ils consacrent à l’adoration, ne peuvent jouir des bénédictions qu’apporte une véritable communion avec Dieu. Ils sont trop pressés. Ils se hâtent de quitter la présence aimante du Christ, s’y arrêtent un instant peut-être, mais n’attendent pas le moindre conseil. Ils n’ont pas le temps de rester avec le divin Maître, et c’est chargé de leurs fardeaux qu’ils retournent à leur tâche…

Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas d’un instant passé en présence du Christ, mais d’un contact personnel, de relations intimes avec Lui.