«

»

Août 26

Dieu continue-t-Il de me pardonner si je commets le même péché à répétition ?

Pour un chrétien, il n’y a sans doute rien de plus accablant que de commettre le même péché à répétition, sans arriver à s’en défaire. Vous voulez arrêter et avez à cœur de changer mais continuez à échouer et retombez encore et encore. En dépit de vos repentances, vous vous sentez véritablement prisonnier, si bien qu’il vous arrive parfois d’avoir l’impression de vous moquer de Dieu. Rempli de culpabilité, vous n’osez plus vous tenir devant sa face et commencez à vous demander s’il est possible que Dieu continue à vous pardonner ce péché que vous effectuez à répétition.

Beaucoup de chrétiens luttent quotidiennement contre la chair, afin de ne pas retomber dans les vices de leur passé. En dépit du fait que nous ayons été revêtus d’une nouvelle nature, certaines de nos mauvaises habitudes restent difficiles à évincer. Si vous êtes dans cette situation, rassurez-vous : vous n’êtes pas seul.

Dans sa lettre aux Romains, l’apôtre Paul écrit à propos de la lutte entre notre esprit qui veut servir Dieu, et notre nature pécheresse qui veut répondre aux désirs de la chair. Ce combat était une réalité, y compris pour cet apôtre qui priait Dieu afin d’être délivré de l’emprise de son corps qu’il ne supportait plus. « Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ? » écrit-il en Romains 7 : 24-25.

Bien heureusement pour nous, nous avons la possibilité d’être pardonné. Jésus est mort à la croix afin que nous puissions être délivrés de tout joug et de toute emprise démoniaque, mais aussi afin que nous puissions être réconciliés avec Dieu. Le sang de Jésus est assez puissant pour laver tous nos péchés, y compris ceux dont nous n’arrivons pas à nous débarrasser. La grâce et le pardon de Christ sont encore disponibles pour nous, et ce, quelle que soit la nature de nos péchés.

Néanmoins, s’en tenir à ce discours pourrait encourager quelques uns d’entre vous à continuer de pécher, sous prétexte que Dieu continuera Lui aussi à vous pardonner. Or, « grâce illimitée » ne signifie pas « péché illimité ». Autrement dit, nous ne devons pas profiter du pardon de Dieu, pour désobéir à ses commandements à répétition.

« Quoi donc ! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce? Loin de là ! » (Romains 6:15)

Le péché n’est pas anodin. C’est une forme de prison dans laquelle nous acceptons de demeurer captifs. Jésus nous a délivrés, mais en tombant dans le péché, nous rendons son sacrifice vain car nous acceptons de porter à nouveau un joug sur nos épaules. L’exemple suivant devrait vous aider à comprendre cette idée : lorsque Jésus est mort à la croix, il a pu récupérer des mains du diable les clés de la cellule dans laquelle il vous avait emprisonné. Mais lorsque vous péchez, c’est comme si vous repreniez les clés des mains du Christ pour aller les redonner au diable et ainsi retourner en captivité. Comprenez-vous la gravité de cet acte ?

Mais cela ne s’arrête pas là. En dépit du fait que Dieu nous pardonne, chaque péché a des conséquences spirituelles auxquelles nous ne pouvons échapper. Lorsque vous péchez, vous :

  • donnez au diable et à ses démons un accès privilégié à votre vie, qui peut d’ailleurs expliquer le fait que vous n’arriviez plus à vous défaire de certains péchés. Il vous faut passer par la délivrance.
  • mettez votre Salut en danger. Jude 9 narre la bataille entre l’ange Michel et Satan qui se sont disputés le corps de Moïse. Le diable s’est opposé à l’élévation de Moïse au paradis, à cause de son péché à Meriba (Deutéronome 32.51) et de son meurtre de l’Égyptien (Exode 2.12).
  • attristez le Saint-Esprit. Plus vous péchez, moins vous l’entendez vous parler. Vous ne prenez plus garde à ses directives et arrivez à relativiser le poids de la culpabilité.
  • vous passez à côté de certaines bénédictions de Dieu pour votre vie.
  • mettez Dieu en colère et pouvez attirer son châtiment. Ce fut le cas de David qui, suite à son meurtre et son adultère, fut sévèrement puni par Dieu. Vous retrouverez cette histoire dans le livre de 2 Samuel 12.

Galates 6: 7 déclare qu’aucun homme ne peut se moquer de Dieu. Si vous êtes en proie aux péchés, vous devez entrer dans une repentance sincère et chercher à être délivré de ce joug. Dieu voit au travers de nous et sait si nous avons réellement à cœur de lui être agréable, ou si notre repentance est une énième parole balancée sans conviction ni désir ardent de changer.

Un péché répété à longueur de temps révèle notre talon d’Achille, notre tentation suprême, LA faiblesse à laquelle nous devons particulièrement prêter attention. Pour certains, cela peut être de la colère, pour d’autres, la fornication, pour d’autres encore, le mensonge. Le fait que vous continuiez à pécher de la même façon vous indique la nécessité de travailler ardemment et de vous battre continuellement dans ce domaine. Entourez-vous de personnes qui pourront vous aider à prier en ce sens, ou d’un ministère apte à prier pour votre délivrance.

Cependant, la prière n’est pas tout : vous devez aussi prendre des mesures radicales pour ne plus retomber. Essayez de déterminer quelles sont les situations, activités ou fréquentations qui vous soumettent à la tentation. Et surtout, ne désespérez pas. Continuez à donner votre maximum pour ne plus tomber et prouvez à Dieu que vous avez véritablement envie de changer.

Dieu est toujours prêt à nous pardonner, mais nous ne devons jamais abuser de sa grâce et penser que le péché n’a pas d’importance. Chaque péché a ses conséquences et elles peuvent être désastreuses (cf. l’histoire de David). C’est pourquoi, nous devons veiller et prier Dieu pour notre perfectionnement quotidien (2 Corinthiens 13:9). Lui seul est capable de nous aider à sortir du cercle vicieux du péché !

1 Jean 3:9 déclare « que quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu ».