«

»

Mai 12

Je descendrai avec toi

«Moi-même Je descendrai

avec toi en Egypte,

et Moi-même

Je t’en ferai remonter.»

(Genèse 46:4)

.

JACOB a dû frissonner à la pensée de quitter la terre de ses pères, et d’habiter parmi des étrangers païens.

C’était une nouvelle entreprise, et elle s’annonçait très éprouvante: qui s’aventure parmi les citoyens d’un monarque étranger sans ressentir d’anxiété? Néanmoins, le chemin était tout tracé pour lui, et c’est pourquoi il résolut de partir.

Ce récit illustre ce qu’est souvent l’expérience des croyants: ils sont appelés à affronter des périls et des tentations. Dans de telles circonstances, qu’ils imitent l’exemple de Jacob en offrant à Dieu leurs prières et en recherchant Sa direction.

Qu’ils n’avancent point d’un seul pas avant d’avoir obtenu la bénédiction du Seigneur: alors ils auront le Compagnon de Jacob comme Ami et Assistant. Comme nous sommes bénis de sentir la présence du Seigneur à nos côtés, Lui qui accepte de «descendre avec nous» dans nos exils et nos humiliations!

Même au-delà de l’océan, l’amour de notre Père rayonne comme le soleil dans toute sa force. N’hésitons pas à nous rendre là où Il nous promet Sa présence: même la vallée de l’ombre de la mort se transforme en lumière par le rayonnement de cette assurance.

Ayant foi en leur Dieu, les croyants avancent en s’appuyant sur la promesse faite à Jacob. Dieu les «fera remonter», que ce soit des malheurs de la vie, ou de la terreur de la mort.

Tel qu’annoncé, la postérité de Jacob revint d’Égypte: de même, tous les fidèles traverseront sains et saufs les tribulations de la vie et l’épreuve de la mort. Puissions-nous démontrer la confiance de Jacob.

«Ne crains rien!» Tel est le commandement du Seigneur; tel est Son encouragement divin à ceux qui, répondant à Son appel, se lancent sur de nouveaux océans. La présence et la protection de Dieu nous interdisent d’entretenir la moindre crainte incrédule.

Sans notre Dieu, nous aurions peur de nous mettre en mouvement; mais lorsqu’Il nous ordonne d’avancer, il serait périlleux de s’attarder. Cher lecteur, poursuis ton chemin, et ne crains rien.