«

»

Jan 20

Jour 20

20 Janvier – Jour 20
 
 
«Ils tirèrent et firent remonter Joseph hors de la citerne;et ils le vendirent pour vingt sicles d’argent aux Ismaélites.»

(Genèse 37:28)

 
  Genèse 37:1-28  
ACOB demeura dans le pays de Canaan, où avait séjourné son père. Voici la postérité de Jacob. Joseph, âgé de dix-sept ans, faisait paître le troupeau avec ses frères; cet enfant était auprès des fils de Bilha et des fils de Zilpa, femmes de son père. Et Joseph rapportait à leur père leurs mauvais propos.Israël aimait Joseph plus que tous ses autres fils, parce qu’il l’avait eu dans sa vieillesse; et il lui fit une tunique de plusieurs couleurs. Ses frères virent que leur père l’aimait plus qu’eux tous, et ils le prirent en haine. Ils ne pouvaient lui parler avec amitié.Joseph eut un songe, et il le raconta à ses frères, qui le haïrent encore davantage. Il leur dit: «Écoutez donc ce songe que j’ai eu! Nous étions à lier des gerbes au milieu des champs; et voici, ma gerbe se leva et se tint debout, et vos gerbes l’entourèrent et se prosternèrent devant elle.» Ses frères lui dirent: «Est-ce que tu règneras sur nous? Est-ce que tu nous gouverneras?» Et ils le haïrent encore davantage, à cause de ses songes et à cause de ses paroles.Il eut encore un autre songe, et il le raconta à ses frères. Il dit: «J’ai eu encore un songe! Et voici, le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi.» Il le raconta à son père et à ses frères. Son père le réprimanda, et lui dit: «Que signifie ce songe que tu as eu? Faut-il que nous venions, moi, ta mère et tes frères, nous prosterner en terre devant toi?» Ses frères eurent de l’envie contre lui, mais son père garda le souvenir de ces choses.Les frères de Joseph étant allés à Sichem, pour faire paître le troupeau de leur père, Israël dit à Joseph: «Tes frères ne font-ils pas paître le troupeau à Sichem? Viens, je veux t’envoyer vers eux.» Et il répondit: «Me voici!» Israël lui dit: «Va, je te prie, et vois si tes frères sont en bonne santé et si le troupeau est en bon état; et tu m’en rapporteras des nouvelles.» Il l’envoya ainsi de la vallée d’Hébron; et Joseph alla à Sichem.Un homme le rencontra, comme il errait dans les champs. Il le questionna, en disant: «Que cherches-tu?» Joseph répondit: «Je cherche mes frères; dis-moi, je te prie, où ils font paître leur troupeau.» Et l’homme dit: «Ils sont partis d’ici; car je les ai entendus dire: “Allons à Dothan.”» Joseph alla après ses frères, et il les trouva à Dothan.

Ils le virent de loin; et, avant qu’il fût près d’eux, ils complotèrent de le faire mourir. Ils se dirent l’un à l’autre: «Voici le faiseur de songes qui arrive. Venez maintenant, tuons-le, et jetons-le dans une des citernes; nous dirons qu’une bête féroce l’a dévoré, et nous verrons ce que deviendront ses songes.»

Ruben entendit cela, et il le délivra de leurs mains. Il dit: «Ne lui ôtons pas la vie.» Ruben leur dit: «Ne répandez point de sang; jetez-le dans cette citerne qui est au désert, et ne mettez pas la main sur lui.» Il avait dessein de le délivrer de leurs mains pour le faire retourner vers son père.

Lorsque Joseph fut arrivé auprès de ses frères, ils le dépouillèrent de sa tunique, de la tunique de plusieurs couleurs, qu’il avait sur lui. Ils le prirent, et le jetèrent dans la citerne. Cette citerne était vide; il n’y avait point d’eau. Ils s’assirent ensuite pour manger. Ayant levé les yeux, ils virent une caravane d’Ismaélites venant de Galaad; leurs chameaux étaient chargés d’aromates, de baume et de myrrhe, qu’ils transportaient en Égypte.

Alors Juda dit à ses frères: «Que gagnerons-nous à tuer notre frère et à cacher son sang? Venez, vendons-le aux Ismaélites, et ne mettons pas la main sur lui, car il est notre frère, notre chair.» Et ses frères l’écoutèrent. Au passage des marchands madianites, ils tirèrent et firent remonter Joseph hors de la citerne; et ils le vendirent pour vingt sicles d’argent aux Ismaélites, qui l’emmenèrent en Égypte.

 
  Proverbes 18:19  
ES FRÈRES sont plus intraitables qu’une ville forte, et leurs querelles sont comme les verrous d’un palais.
 
  Genèse 37:29-36  
UBEN revint à la citerne; et voici, Joseph n’était plus dans la citerne. Il déchira ses vêtements, retourna vers ses frères, et dit: «L’enfant n’y est plus! Et moi, où irai-je?»Ils prirent alors la tunique de Joseph; et, ayant tué un bouc, ils plongèrent la tunique dans le sang. Ils envoyèrent à leur père la tunique de plusieurs couleurs, en lui faisant dire: «Voici ce que nous avons trouvé! Reconnais si c’est la tunique de ton fils, ou non.»Jacob la reconnut, et dit: «C’est la tunique de mon fils! Une bête féroce l’a dévoré! Joseph a été mis en pièces!» Et il déchira ses vêtements, il mit un sac sur ses reins, et il porta longtemps le deuil de son fils. Tous ses fils et toutes ses filles vinrent pour le consoler; mais il ne voulut recevoir aucune consolation. Il disait: «C’est en pleurant que je descendrai vers mon fils au séjour des morts!» Et il pleurait son fils.Les Madianites le vendirent en Égypte à Potiphar, officier de Pharaon, chef des gardes.
 
  Genèse 38:1-10  
N CE temps-là, Juda s’éloigna de ses frères, et se retira vers un homme d’Adullam, nommé Hira. Là, Juda vit la fille d’un Cananéen, nommé Schua; il la prit pour femme, et alla vers elle.Elle devint enceinte, et enfanta un fils, qu’elle appela Er. Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, qu’elle appela Onan. Elle enfanta de nouveau un fils, qu’elle appela Schéla; Juda était à Czib quand elle l’enfanta. Juda prit pour Er, son premier-né, une femme nommée Tamar. Er, premier-né de Juda, était méchant aux yeux de l’Éternel; et l’Éternel le fit mourir.Alors Juda dit à Onan: «Va vers la femme de ton frère, prends-la, comme beau-frère, et suscite une postérité à ton frère.» Onan, sachant que cette postérité ne serait pas à lui, se souillait à terre lorsqu’il allait vers la femme de son frère, afin de ne pas donner de postérité à son frère. Ce qu’il faisait déplut à l’Éternel, qui le fit aussi mourir.
 
  Deutéronome 25:5-10  
ORSQUE des frères demeureront ensemble, et que l’un d’eux mourra sans laisser de fils, la femme du défunt ne se mariera point au dehors avec un étranger, mais son beau-frère ira vers elle, la prendra pour femme, et l’épousera comme beau-frère. Le premier-né qu’elle enfantera succédera au frère mort et portera son nom, afin que ce nom ne soit pas effacé d’Israël.Si cet homme ne veut pas prendre sa belle-sœur, elle montera à la porte vers les anciens, et dira: «Mon beau-frère refuse de relever en Israël le nom de son frère, il ne veut pas m’épouser par droit de beau-frère.»Les anciens de la ville l’appelleront, et lui parleront. S’il persiste, et dit: «Je ne veux pas la prendre,» alors sa belle-sœur s’approchera de lui en présence des anciens, lui ôtera son soulier du pied, et lui crachera au visage. Et prenant la parole, elle dira: «Ainsi sera fait à l’homme qui ne relève pas la maison de son frère.» Et sa maison sera appelée en Israël «la maison du déchaussé».
 
  Genèse 38:11-30  
LORS Juda dit à Tamar, sa belle-fille: «Demeure veuve dans la maison de ton père, jusqu’à ce que Schéla, mon fils, soit grand.» Il parlait ainsi dans la crainte que Schéla ne mourût comme ses frères. Tamar s’en alla, et elle habita dans la maison de son père.Les jours s’écoulèrent, et la fille de Schua, femme de Juda, mourut. Lorsque Juda fut consolé, il monta à Thimna, vers ceux qui tondaient ses brebis, lui et son ami Hira, l’Adullamite.On en informa Tamar, et on lui dit: «Voici ton beau-père qui monte à Thimna, pour tondre ses brebis.» Alors elle ôta ses habits de veuve, elle se couvrit d’un voile et s’enveloppa, et elle s’assit à l’entrée d’Énaïm, sur le chemin de Thimna; car elle voyait que Schéla était devenu grand, et qu’elle ne lui était point donnée pour femme.Juda la vit, et la prit pour une prostituée, parce qu’elle avait couvert son visage. Il l’aborda sur le chemin, et dit: «Laisse-moi aller vers toi.» Car il ne connut pas que c’était sa belle-fille.Elle dit: «Que me donneras-tu pour venir vers moi?» Il répondit: «Je t’enverrai un chevreau de mon troupeau.» Elle dit: «Me donneras-tu un gage, jusqu’à ce que tu l’envoies?» Il répondit: «Quel gage te donnerai-je?» Elle dit: «Ton cachet, ton cordon, et le bâton que tu as à la main.» Il les lui donna. Puis il alla vers elle; et elle devint enceinte de lui. Elle se leva, et s’en alla; elle ôta son voile, et remit ses habits de veuve.Juda envoya le chevreau par son ami l’Adullamite, pour retirer le gage des mains de la femme. Mais il ne la trouva point. Il interrogea les gens du lieu, en disant: «Où est cette prostituée qui se tenait à Énaïm, sur le chemin?» Ils répondirent: «Il n’y a point eu ici de prostituée.»

Il retourna auprès de Juda, et dit: «Je ne l’ai pas trouvée, et même les gens du lieu ont dit: “Il n’y a point eu ici de prostituée.”» Juda dit: «Qu’elle garde ce qu’elle a! Ne nous exposons pas au mépris. Voici, j’ai envoyé ce chevreau, et tu ne l’as pas trouvée.»

Environ trois mois après, on vint dire à Juda: «Tamar, ta belle-fille, s’est prostituée, et même la voilà enceinte à la suite de sa prostitution.» Et Juda dit: «Faites-la sortir, et qu’elle soit brûlée.»

Comme on l’amenait dehors, elle fit dire à son beau-père: «C’est de l’homme à qui ces choses appartiennent que je suis enceinte; reconnais, je te prie, à qui sont ce cachet, ces cordons et ce bâton.» Juda les reconnut, et dit: «Elle est moins coupable que moi, puisque je ne l’ai pas donnée à Schéla, mon fils.» Et il ne la connut plus.

Quand elle fut au moment d’accoucher, voici, il y avait deux jumeaux dans son ventre. Et pendant l’accouchement il y en eut un qui présenta la main; la sage-femme la prit, et y attacha un fil cramoisi, en disant: «Celui-ci sort le premier.»

Mais il retira la main, et son frère sortit. Alors la sage-femme dit: «Quelle brèche tu as faite!» Et elle lui donna le nom de Pérets. Ensuite sortit son frère, qui avait à la main le fil cramoisi; et on lui donna le nom de Zérach.

 
  Genèse 39:1-6  
N FIT descendre Joseph en Égypte; et Potiphar, officier de Pharaon, chef des gardes, Égyptien, l’acheta des Ismaélites qui l’y avaient fait descendre. L’Éternel fut avec lui, et la prospérité l’accompagna; il habitait dans la maison de son maître, l’Égyptien.Son maître vit que l’Éternel était avec lui, et que l’Éternel faisait prospérer entre ses mains tout ce qu’il entreprenait. Joseph trouva grâce aux yeux de son maître, qui l’employa à son service, l’établit sur sa maison, et lui confia tout ce qu’il possédait.Dès que Potiphar l’eut établi sur sa maison et sur tout ce qu’il possédait, l’Éternel bénit la maison de l’Égyptien, à cause de Joseph; et la bénédiction de l’Éternel fut sur tout ce qui lui appartenait, soit à la maison, soit aux champs. Il abandonna aux mains de Joseph tout ce qui lui appartenait, et il n’avait avec lui d’autre soin que celui de prendre sa nourriture.
 
  Proverbes 27:18  
ELUI qui soigne un figuier en mangera le fruit, et celui qui garde son maître sera honoré.
 
 
Le plan analogique de lecture biblique vous offre une toute nouvelle façon de lire l’ensemble de la Bible en une année.

Tous les passages bibliques ont été redistribués par thème, en suivant la chronologie des événements rapportés par la Bible: depuis la Création de l’Univers jusqu’à l’inauguration de la Nouvelle Terre.

Pour uniformiser le temps alloué, chaque lecture quotidienne contient un nombre similaire de versets, tout en respectant les coupures naturelles dans le récit biblique.

Essayez ce plan de lecture stimulant et novateur, vous l’adopterez vite! À demain!