«

»

Oct 21

L’étonnante plasticité du cerveau humain

Les acquis de nos aptitudes manuelles et intellectuelles dépendent d’une machinerie cérébrale parfaitement ordonnée et bien hiérarchisée.

Avec ses 86 milliards de cellules nerveuses et ses millions de milliards de connexions, le cerveau de l’homme moderne est une merveille de complexité qui n’a pourtant rien d’immuable et de figé comme le sont les composés d’un ordinateur.

Si connexions, mémoire et langage il y a, ceux-ci sont faits de chair vive: matière changeante construite pour le changement et qui n’existe elle-même que par le changement. Cela veut dire que cet organe incarne un devenir:

il confère la faculté d’accomplir demain des opérations que nous sommes incapables de réaliser aujourd’hui.

Toutes nos aptitudes particulières, manuelles ou intellectuelles, qui concourent à faire de chacun d’entre nous un spécialiste, un expert unique, sont pour une grande part façonnées durant les premières phases du développement cérébral de l’enfant et de l’adolescent.

Mais tout ne se joue pas si précocement. L’étude de la croissance du cerveau de l’homme moderne montre deux caractéristiques importantes que l’on ne retrouve pas chez les autres primates.

La première singularité concerne la lente croissance de notre cerveau qui nécessite plusieurs décennies pour s’accomplir.

Cette croissance apathique offre la possibilité d’une longue période d’éducation où l’instruction sera centrale pour sculpter la formation des circuits cérébraux.

La seconde caractéristique est illustrée par le retard du cerveau du fœtus à se développer. Alors que le cerveau d’un nouveau-né humain atteint à peine 25 % de la complexité du cerveau adulte, au même stade, celui du macaque est déjà ébauché à plus de 75%.

Pendant cette longue période de croissance, le cerveau de l’enfant reçoit des signaux du monde extérieur, interagit avec son groupe social et l’imite.

La transmission génétique, principalement à l’œuvre dans la construction du cerveau du primate non humain, s’efface alors devant un nouvel ordre où la transmission sociale, culturelle et technologique, prime avant tout.

C’est par ce biais que des fonctions cognitives, comme le langage ou la pensée symbolique, sont apparues durant l’odyssée de l’espèce humaine, pour permettre l’immense saut qualitatif qui facilitera l’émergence du cerveau humain moderne avec ses capacités uniques d’abstraction.

Or ces nouvelles facultés mentales nécessitent un système nerveux malléable, flexible et non plus pré câblé, qui se nourrit des interactions avec l’autre.

Bien sûr, les acquis de nos aptitudes manuelles et intellectuelles dépendent d’une machinerie cérébrale parfaitement ordonnée et bien hiérarchisée selon un déterminisme génétique. Mais il faut en même temps que cette organisation soit en partie adaptable et reconfigurable à tout moment, et à tout âge.

En définitive, les différences neurobiologies qui existent entre les êtres humains proviennent, certes, des caractères dont ils ont hérité, mais surtout de l’apprentissage qu’ils ont reçu et de l’influence du milieu dans lequel ils ont vécu.

En somme, nous sommes programmés, mais programmés pour apprendre!

Ces interactions entre le monde extérieur et les activités nerveuses fournissent un mécanisme grâce auquel l’environnement peut influencer la forme et les fonctions du cerveau pour produire un individu unique, affranchi, capable de réponses adaptées mais aussi imprévisibles.

Aujourd’hui, les neurosciences apportent leurs lots incessants d’arguments témoignant des propriétés protéiformes du cerveau humain même lorsqu’il atteint un âge avancé. Loin d’être immuable, notre cerveau adulte reste un organe façonnable qui dispose d’une grande capacité d’adaptation aux sollicitations de l’environnement.

Sous l’action d’un apprentissage, même tardif, de nouvelles cellules nerveuses naissent dans certaines régions cérébrales, de nouvelles connexions sont établies ou renforcées, tandis que d’autres sont éliminées.

C’est à l’aune de cette plasticité cérébrale permanente que l’on prend toute la mesure de ce qu’écrivait l’humaniste hollandais Desiderius Erasmus Roterodamus (1466-1536):

«On ne naît pas homme, on le devient.»

 

Lecture biblique: Psaumes 139:14

Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse.

Tes œuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien.