↑ Return to Meditations

Attention aux contrefaçons!

INTRODUCTION:

.
Virgile, le célèbre poète romain dans son œuvre L’Enéide, raconte que la ville de Troie fut prise après dix ans de siège, grâce à un ingénieux stratagème.
Les Troyens observèrent avec étonnement les assiégeants Grecs démolir leurs positions, puis après avoir rassembler équipements et victuailles, ils partirent en mer, laissant la plage déserte, ou presque… Il y restait un seul objet, un grand et imposant cheval de bois construit par les Grecs.

.
Troie commença à respirer après un très long siège. Plusieurs s’assemblèrent au pied de l’imposant cheval de bois où commença une vive discussion. Certains suggéraient l’introduction de l’imposant bloc de bois dans la ville, tandis que d’autres insistaient pour qu’on la jette à la mer.

.
Laconte – un prêtre n’était pas d’accord ; Sinon parvint à convaincre Priam le roi de Troie, que la masse avait été construite en l’honneur de la déesse grecque Minerve, pour qu’elle protège les grecs durant leur voyage de retour en Grèce. Il prétendit que l’objet avait été construit de cette immense dimension, pour que les Troyens ne puissent l’installer au sein de leur cité et ainsi recevoir les bénédictions de la divinité. L’argument de Sinon, la mort subite de Laconte, le départ apparent des Grecs et le magma hétéroclite de croyances parmi eux, tous ces facteurs se conjuguèrent pour convaincre les habitants.
Finalement, les Troyens, après avoir détruit une portion de leur muraille, parvinrent à introduire le cheval dans la ville.

.
Quatre fois la machine fut bloquée au seuil. Quatre fois, on entendit résonner dans son ventre ce qui semblait être des crissement d’armes, mais rien ne les arrêta. Ils poursuivirent leur entreprise en chantant des hymnes, comme mus par un dessein sacré, jusqu’à ce que le cheval passa entièrement derrière la muraille de la ville. Tous épuisés se couchèrent, et les ombres de la nuit s’appesantirent sur la ville. Sinón ouvrit alors le ventre du cheval qui commença à vomir des soldats ennemis. Les bateaux cachés sortirent de leurs cachettes et attaquèrent la ville. Ainsi fut prise la ville de Troie!.

.
Cet épisode légendaire peut être utile pour illustrer les dangers qui menacent le peuple de Dieu en ces temps de la fin. Le cheval de Troie est une allégorie parfaite de l’ennemi extérieur qui se moque de toutes les défenses pour s’infiltrer au cœur même de l’Église, et y produire un faux réveil.
Nous verrons les dangers que confronte l’Église quand elle s’engage dans un programme de réveil spirituel.

Il existe des Contrefaçons qui rodent autour des portes de l’Église, frappant du poing pour y entrer.

.

.
I. FAUX DOCTEURS ET FAUX PROPHÈTES 2 Pierre 3.3,4; Matthieu 24.24.

.
« La Parole de Dieu est donnée au croyant comme sauvegarde contre les faux docteurs et les esprits séducteurs. Satan se sert de tous les moyens pour empêcher les gens de se familiariser avec les Ecritures, dont les déclarations claires et précises dévoilent ses desseins. Chaque réveil du peuple de Dieu est marqué par un redoublement d’activité de la part de l’ennemi. Il rassemble maintenant ses dernières énergies pour un assaut final contre le Christ et ses disciples. » La Tragédie des siècles, p. 643

.
  Faux Prophètes – 2 Pierre 2.1-3.
Les faux docteurs et les faux prophètes semblent toujours surgir en périodes de crise, quand le monde est agité, cherchant des réponses ; dans notre cas, lorsque l’Église désire effectuer un réveil en vue de connaître une nouvelle expérience spirituelle.
La Bible et l’Esprit de prophétie résument ainsi les caractéristiques des faux docteurs et de leurs enseignements falsifiés :

1. Ils semblent véridiques, sincères, spirituels et exprimant un grand intérêt pour le bien-être d’autrui ; on les voit ainsi revêtus de vêtements de brebis. (Matthieu 7.15; 2 Cor. 11.13-15).

.
2. Ils présentent un message totalement incohérent par rapport aux Saintes Écritures, un mélange de vérité et d’erreur. (Ezéch. 13.2,3).

.
3. Ils tendent à dire aux gens ce que ces derniers désirent entendre, et non pas nécessairement ce qu’ils ont besoin d’entendre. (Ésaïe 30.10)

.
4. Ils sont plus intéressés à recevoir de l’argent des gens, que de se préoccuper de leurs problèmes. (Ézéch. 22.25)
L. Ronald Hubbard, qui créa un mouvement scientifico – religieux aux États Unis au début des années 1950, affirma ce qui suit: Il est ridicule d’écrire pour gagner un centime par mot. Si un homme désire vraiment réaliser un million de dollars, le mieux à faire est de fonder son propre mouvement religieux.

.

.
II. CARACTÉRISTIQUES DES CONTRE-FAÇONS

.
A. Il existe diverses caractéristiques communes aux faux mouvements de réveil:

.
1. De faux miracles
« Celui qui fait des miracles le critère de sa foi s’apercevra que Satan, par des tromperies séduisantes, opérera des prodiges qui auront toute l’apparence de vrais miracles.
Satan, cet être rusé, introduira des erreurs subtiles propres à obscurcir les esprits et à saper le fondement des doctrines du salut. » Messages Choisis Tome 2, p 60; Réveil authentique, notre plus grand besoin p. 62
Plusieurs seront tentés de céder à l’influence de ces miracles, les acceptant comme
La preuve d’un véritable réveil, quand en réalité ce ne sera qu’une duperie de la part du
diable et de ses prophètes, menant les gens à une frénésie bruyante à travers une
excitation externe passagère ne stimulant que les sens. La seule protection contre ces
contrefaçons est l’étude assidue de la Parole de Dieu, accompagnée de beaucoup de
prière, constituant pour nous un véritable bouclier, et contribuant à nous donner la
victoire par le sang de Christ.

.
2. Un faux don des langues
E.G. White en 1864 lança un avertissement contre un faux don des langues qui essaierait
de s’infiltrer dans l’Église sous le couvert de réveil et de sainteté. Plusieurs qui
professaient prêcher la doctrine du Sabbat, pour ajouter un zeste d’émotion au service
du culte, voudront y ajouter l’élément du « parler en langues » comme une preuve de
spiritualité. Naturellement cette expérience ne progressa pas dans l’Église, et bien vite
ces faux maitres durent renoncer à leur intention de jeter de cette manière la
confusion au sein du troupeau.

Elle déclara: « Un esprit de fanatisme s’est emparé de certains observateurs du Sabbat. Ils n’ont que peu puisé à la source de la vérité et ils ne sont pas vraiment dans l’esprit du message du troisième ange. […]

« Certains d’entre eux ont ce qu’ils appellent des dons et disent qu’ils les ont reçus du Seigneur. Ils prononcent des mots incompréhensibles, qu’ils appellent une langue étrangère, mais qui est étrangère non seulement aux hommes, mais aussi au Seigneur. De tels dons sont d’origine humaine et d’inspiration satanique. Le fanatisme, l’excitation malsaine, le faux parler en langues et d’autres exercices bruyants ont été considérés comme des dons envoyés par Dieu à l’Église. Plusieurs se sont ainsi laissés tromper. » …Réveil authentique, notre plus grand besoin pp. 63-64
La leçon à apprendre de cette tentative de contrefaçon est qu’il nous faut être sur nos
gardes, afin que rien de faux, déguisé en chose sainte, ne s’introduise dans l’Église,
prétendant être un élément de réveil. Même quand aujourd’hui, le fanatisme,
l’excitation malsaine, etc… peuvent exister dans nos réunions essayant de confondre la
congrégation, soyons fermes, et avec beaucoup de prière, de suppliques et de
courtoisie, identifions et dévoilons ceux qui tentent d’introduire du feu étranger au sein
du processus du réveil parmi le peuple de Dieu.
« Le monde ne sera pas converti par le don des langues, ni par le déploiement de miracles, mais par la prédication qui exalte le Christ crucifié.” Réveil authentique, notre plus grand besoin p. 64

.

3. Services de culte bruyants
« Le Saint-Esprit ne se révèle jamais de cette manière, dans un terrible chahut. C’est une invention du diable pour dissimuler ses méthodes rusées afin de rendre nulle la vérité pure, sincère, inspiratrice, la vérité qui anoblit et sanctifie à notre époque. […] Un bruit étourdissant assaille les sens et pervertit ce qui pourrait être un bienfait si la réunion se déroulait correctement. La puissance des agents maléfiques se mêle au bruit et au tapage, et on appelle l’œuvre du Saint-Esprit ce qui n’est qu’un carnaval. […] Ceux qui participent à ce soi-disant réveil reçoivent des impressions qui les conduisent à la dérive. Ils ne peuvent pas discerner les principes bibliques qui les guidaient auparavant. » Messages choisis T.2 p.42)
Nous devons veiller à ne pas mélanger le sacré au profane: « Il nous faut être sur nos gardes, maintenir une relation étroite avec le Christ, afin de ne pas être trompés par les ruses de Satan. Le Seigneur désire que l’ordre règne pendant le service, qu’il y ait de la discipline, et non de l’excitation et de la confusion . » — Messages choisis, vol. 2, chapitre 3, p. 40.
Des cris sauvages et des exercices bruyants ne sont pas la preuve que l’Esprit de Dieu est à l’oeuvre. — Review and Herald, 5 mars 1889.

.

4. Réveil émotionnel
« La sanctification n’est pas une belle envolée de sentiments, ce n’est pas l’œuvre d’un instant, mais de toute la vie. Si quelqu’un affirme que le Seigneur l’a sanctifié, l’a rendu saint, la preuve de cette assertion se révèlera dans les fruits de la douceur, de la patience, de la magnanimité, de la vérité et de l’amour.
Si ceux qui prétendent être sanctifiés reçoivent une bénédiction qui les conduit à dépendre d’une certaine émotion, et s’ils déclarent qu’il est inutile de sonder les Écritures afin de connaître la volonté révélée du Seigneur, alors cette soi-disant bénédiction est une contrefaçon. Elle les conduit à donner de la valeur à leurs propres émotions et chimères non sanctifiées, et à fermer leur oreille à la voix de Dieu qui se trouve dans sa Parole. […] Réveil authentique, notre plus grand besoin p. 69

.

5. Réveil simulé
– L’une des caractéristiques d’un faux réveil est pour nous de la prétendre authentique
et de nous convaincre nous-mêmes que tout va bien; parfois, nous en appelons à la
culture, les émotions ou les goûts personnels, pour dire que nous faisons l’expérience
d’un véritable réveil biblique, quand bien souvent, la situation réelle ne satisfait pas aux
normes des Saintes Écritures.
E.G.White a déclaré ce qui suit:
« Ces personnes peuvent prétendre être des disciples de Jésus, mais elles ont perdu de vue leur Chef. Elles peuvent dire : « Seigneur, Seigneur », elles peuvent montrer les malades qui ont été guéris par leurs soins, et d’autres miracles ; elles peuvent affirmer qu’elles possèdent davantage de l’Esprit et de la puissance de Dieu que ceux qui gardent la loi. Mais leurs œuvres portent le sceau de l’ennemi de la justice, celui qui veut duper les âmes, et elles sont destinées à se détourner de l’obéissance, de la vérité et du devoir […] » Réveil authentique, notre plus grand besoin p. 70-71
« Personne qui se prétend être saint ne l’est vraiment. Ceux dont le nom est inscrit sur les registres du ciel en tant que saints ne le savent pas, et ils sont les derniers à se vanter de leur propre piété. Aucun des prophètes ou des apôtres prétendit jamais être saint, pas même Daniel, Paul ou Jean. Les justes ne font jamais cette déclaration. (Signs of the times, 26 février 1895) Réveil authentique, notre plus grand besoin p.71

.

6. Ils fomentent ce qu’ils appellent l’expérience religieuse qui est subjective et mystique.

.
7. Leurs prières sont creuses.

.
8. La réalité du péché est minimisée, et ses conséquences passées sous silence.

.
9. Certains se permettent le plus haut degré d’immoralité sous le couvert et la bannière de la religion.

.
10. Ils sont un anesthésiant

.
11. Un sentiment confortable de sécurité spirituelle.
La fausse religion est dangereuse, car elle fomente le péché raffiné – nouveau concept du péché. Pour ceux qui se plaisent à introduire du feu étranger au sein de l’Église, leur préoccupation n’est pas de ne commettre de péché, mais de ne pas être découvert.

.
III EN QUI PLACER SA CONFIANCE
A. « Il nous faut être ancrés en Christ, enracinés et fondés dans la foi. Satan utilise des agents humains. Il choisit ceux qui, n’ayant pas bu à la source des eaux de la vie, ont soif de nouveautés et de choses étranges, et sont prêts à boire à la première fontaine qui se
présentera.

On entendra dire : « Le Christ est ici », ou bien : « Le Christ est là » ; il ne faudra pas le croire. La voix du vrai Berger a des accents inimitables ; il nous demande de le suivre. Il dit : « J’ai gardé les commandements de mon Père. » Il conduit ses brebis dans le sentier d’une humble obéissance à la loi de Dieu, jamais il n’encourage quelqu’un à transgresser cette loi Réveil authentique, notre plus grand besoin p. 72
Nous devons faire confiance à la voix de Dieu disant dans les Saintes Écritures : « A la loi et au témoignage, si l’on ne parle pas ainsi, il n’y a point d’aurore pour le peuple » (Ésaïe 8.20)
« Personne n’est obligé de se laisser égarer. La loi de Dieu est aussi sacrée que son trône ; c’est par elle que tout homme qui vient au monde sera jugé. Il n’existe aucun autre étalon pour mesurer le caractère. « S’ils ne parlent pas selon cette parole, il n’y a pas d’aurore
pour lui. » (Ésaïe 8.20, DRB) Notre décision doit-elle se conformer à la Parole de Dieu, ou bien devons-nous faire crédit aux prétentions humaines ? Le Christ a dit : « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. » — Messages choisis, vol. 2, chapitre 5, p. 57.

.
B. Maintenons une vie de prière constante et d’étude sincère de la Bible, de sorte qu’au moment opportun, nous sachions distinguer la vérité de l’erreur.

.
C. Prions pour la présence de l’Esprit Saint dans nos vies et pour le déversement de sa puissance sur l’Église.

.
CONCLUSION:
1. Satan sachant qu’il ne lui reste que peu de temps, attaque avec fureur l’Église du Seigneur. Mais, celle-ci doit rester ferme et inébranlable sans s’écarter ni à droite ni à gauche de la saine doctrine et de sa mission. (1 Pierre 5.8)

.
2. L’unique moyen de sauvegarder nos membres est de les conduire à une communion intime avec le Seigneur Jésus-Christ (Jean 19.5) ; nous savons que sans Christ, nous serons la proie facile de n’importe quel enseignement frivole.

.
3. Nous devons rester vigilants, être prudents avec tout enseignement qui semble bon, religieux en apparence. L’apôtre Paul nous conseille ceci : …

Si quelqu’un enseigne autrement et ne marche pas selon les saines paroles de notre Seigneur Jésus-Christ, et selon la doctrine conforme à la piété, il est enflé d’orgueil, il ne sait rien ; il a la maladie des discussions et des disputes de mots. (1 Tim. 6.3,4)