↑ Return to Meditations

La Bonne Nouvelle du jugement

Voulez-vous entendre une bonne nouvelle?

Où est la bonne nouvelle dans le jugement?

En fait, y a-t-il une bonne nouvelle

dans le jugement?

Est-il une partie de l’Évangile?

 

« C’est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Évangile, Dieu jugera par Jésus-Christ les actions secrètes des hommes » (Rom. 2:16).

Si c’est le cas, il doit être une bonne nouvelle!

 

Ouvrons nos Bibles dans le chapitre 37 de la Genèse.

Je voudrais méditer avec vous sur l’histoire de Joseph.

Elle est importante car Joseph est un type, un symbole de Jésus-Christ.

Il y a beaucoup d’Évangile dans cette histoire et chaque fois que je l’étudie j’en découvre davantage.

Versets 3 et 4: « Israël aimait Joseph plus que tous ses autres frères. »

Joseph était le préféré de son père; il l’aimait plus que ces autres fils.

Nous savons que Dieu nous aime autant que Jésus, mais nous, nous avons parfois de la peine à L’aimer.

Au verset 4, nous lisons que: « Ses frères virent que leur père l’aimait plus qu’eux tous, et ils le prirent en haine. Ils ne pouvaient lui parler avec amitié. »

Les frères n’étaient pas réconciliés avec Joseph, et une des raisons pour lesquelles ils le haïssaient, c’est qu’il rapportait à leur père Jacob leurs mauvaises actions.

 

Quelle leçon spirituelle peut-on en tirer?

Le Saint-Esprit ne nous convainc-Il pas de pécher?

N’y a-t-il pas dans le ciel un enregistrement de nos péchés?

Nous ne pouvons rien cacher à Dieu, et notre nature humaine n’aime pas du tout qu’il y ait un registre de nos péchés dans le ciel, qui soit visible et transparent pour Dieu; aussi y a-t-il de notre part une inimitié entre nous et le Père.

Et le cœur naturel est inimitié contre Dieu (Rom. 8:7).

Et pour aggraver les choses, Joseph eut des songes, et il dit à ses frères qu’un jour ils se prosterneraient devant lui pour l’adorer.

Comme vous pouvez l’imaginer, ils n’aimèrent pas du tout cela.

Notre nature humaine se rebelle contre l’idée de nous prosterner devant Jésus, et nous humilier devant Lui.

Satan non plus n’aimait pas du tout cela.

Il essaya de prendre la place de Christ dans le ciel.

Il convoita la place de Jésus, et c’est ce principe qui lutte dans notre nature.

Notre nature nous trahit souvent.

Quand nous prêchons, nous avons la tendance à attirer l’attention des autres sur nous-mêmes, et à rechercher la sympathie.

Au lieu de disparaître, et de diriger les gens à Christ, nous sommes toujours disposés à occuper Sa place.

Ce n’est quand étant sur nos gardes que nous pouvons éviter que notre « moi » convoite la place qui ne revient qu’à Christ.

Pourtant, le message du premier ange nous dit:

« Craignez Dieu, et donnez-Lui gloire, car l’heure de Son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux ».

Il nous appelle à L’adorer.

Ceci consiste à Le reconnaître comme notre Créateur, et à nous humilier devant Lui.

Nous ne pouvons pas faire cela avant de L’aimer suffisamment et d’avoir confiance en Lui.

.

Au verset 8: « Ses frères lui dire: Est-ce que tu règneras sur nous? Est-ce que tu nous gouvernera? »

N’est-ce pas ce qui a été dit lors de la crucifixion?:

« Nous en voulons pas que cet homme règne sur nous ».

Tel est l’esprit des pharisiens. Comment Dieu pour-ra-t-Il nous amener au point où nous pourrons finalement vaincre?

Regardez au verset 13: « Israël dit à Joseph: Tes frères ne font-ils pas paître le troupeau à Sichem? Viens, je veux t’envoyer vers eux. »

Jacob l’envoya pour visiter ses frères.

Il lui demanda d’aller voir si tout allait bien pour eux, il lui dit:

« Apporte-leur un message de bonne nouvelle. »

N’est-ce pas le message que Christ apporta en venant dans ce monde?

Les anges dirent:

« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi hommes qu’Il agrée! »

Dans Jean 1:11 nous lisons: « Elle est venue chez les siens… »

C’est-à-dire qu’il se reconnaît comme l’un de nous.

Il était avec nous, Il est le Fils de l’homme, Il nous appelle Ses frères.

Et cependant Jean dit: « Ils ne le connurent point, ils ne voulurent point Le recevoir. Il devint notre frère, et cependant, nous disons: « Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous », nous n’en voulons pas.

Nous nous opposons à Lui, nous avons de l’inimitié contre Lui.

Les pharisiens complotèrent contre Lui. D’après eux, « Il n’était pas des leurs ».

Judas l’a trahi pour 30 pièces d’argent, et le vendit pour qu’Il soit livré à la mort.

Et les frères conspirèrent aussi contre Joseph.

Ils le dépouillèrent de ses vêtements de la même manière que Jésus le fut.

Ils le jetèrent au fond d’un puit, dans une citerne, dans l’intention de le laisser mourir.

Finalement, sur la suggestion d’un de ses frères, il fut vendu comme esclave pour vingt sicles d’argent.

Ils prirent sa tunique, versèrent le sang d’un animal sur elle et la portèrent à Jacob, leur père, lui faisant croire que son fils Joseph avait été dévoré par une bête.

Ils attristèrent ainsi le cœur de leur vieux père, qui compris que son fils était mort.

Quand nous crucifiâmes Christ, nous avons nous aussi profondément attristé le cœur du Père.

Tout cela à cause de l’inimitié que notre cœur naturel héberge contre Jésus.

Tel est le problème de la condition humaine: nous n’aimons pas Dieu ni Jésus de manière naturelle.

Nous avons besoin qu’un amour, qui vient de l’extérieure, d’en haut, nous soit d’abord donné.

.

Qu’arriva-t-il à Joseph?

Il fut emmené en Égypte et là, il fit preuve d’un bon caractère.

Il prospérait dans tout ce qu’il entreprenait.

Voyez-le au chapitre 39, verset 6. Quel était le caractère de Joseph?

Joseph aurait pu se rebeller contre Dieu pour toutes les épreuves qui l’accablaient.

Mais sa foi en Dieu triompha. Jésus a-t-il à un moment ou à un autre perdu Sa foi en Son Père?

Quand Jésus souffrait, Il continuait d’avoir confiance en Son Père, et comme dit Job 13:15:

« Même s’Il voulait me tuer, je m’attendrais à Lui »

Dans Genès 39:6, nous voyons que Joseph était beau de taille et beau de figure.

Il était favorisée et ceci nous le comparons au charme incomparable de Jésus-Christ.

Quelle est la gloire de Jésus-Christ?

Sa bonté, Sa miséricorde et Son amour. Joseph possédait ces trois qualités.

Comment se comporta-t-il sous la tentation?

Lisez-le au verset 9, quand la femme de Potiphar le tenta.

Il aurait pu commettre l’adultère et il aurait pu blesser le cœur de Dieu, mais il ne le fit pas.

Il dit: « Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu? »

Sa préoccupation ne consistait pas en son propre intérêt, mais il était préoccupé par l’honneur de son Père.

Le cœur de Dieu était son seul souci.

L’amour Agapé ne vit pas pour lui-même ni pour son intérêt, mais il vit dans le seul but de faire du bien aux autres.

Joseph ne voulait pas non plus blesser le cœur de Potiphar, et en agissant ainsi, Joseph accomplit les deux grands commandements de la loi:

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même »

Et pour cela, Dieu honora Joseph.

.

Au chapitre 41, verset 16: Le pharaon fit appelé Joseph pour qu’il interprète un songe qu’il avait eu et c’est ainsi que Dieu délivra Joseph de la prison.

Joseph avait été mis injustement en prison. Des mensonges avaient été dit à son sujet.

Dans les derniers jours, cela nous arrivera aussi. C’est arrivé à Jésus.

Pouvons-nous nous glorifier de souffrir une offense à cause de Jésus?

Pouvons-nous garder notre foi vivante quand nous sommes traités injustement?

Quand les gens disent des mensonges sur le message que nous prêchons, nous fâchons-nous?

La colère, l’emporte-ment, est un sacrifice offert à Satan.

Nous ne devons pas céder à la colère.

Nous ne devons donner aucune occasion à l’esprit de vengeance.

Nous lisons dans Jacques 1: 20:

« La colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu »

La colère de l’homme n’accomplit JAMAIS la justice de Dieu.

Dieu changera les mauvaises choses en bonnes choses. N’est-ce pas Lui qui nous l’a promis?

« Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Rom. 8:28).

.
Voyez comment l’histoire de Joseph évolue, dans le verset 16 du chapitre 41.

Quelle fut l’attitude de Joseph?

« Joseph répondit au Pharaon: ‘Ce n’est pas moi! C’est Dieu qui donnera une réponse favorable à Pharaon »

Il y a ici une importante leçon spirituelle: si Joseph est un type de Jésus –un symbole-, Joseph a-t-il employé sa propre force? Jésus, a-t-il utilisé sa divinité?

Joseph plaça sa confiance en Dieu, et Jésus le fit aussi, et comme nous allons le voir, c’est la force de l’amour Agapé.

Jésus, en tant qu’homme, a fait confiance à la puissance divine céleste.

C’est là que la force réside dans l’amour agapé.

Si Christ avait fait confiance à Sa puissance divine, l’amour agapé n’aurait pas eu de puissance pour nous.

Quel est le résultat de la foi de Joseph en Dieu?

Quel est le résultat de l’attitude d’intégrité manifestée par Joseph?

Voyez-le au verset 40. Le Pharaon loue Joseph et dit:

« Je t’établis sur ma maison, et tout mon peuple obéira à tes ordres. Le trône seul m’élèvera au-dessus de toi »

Jésus n’a-t-Il pas été exalté à la droite de Dieu?

Tous les royaumes n’ont-ils pas été placés sous la domination de Jésus?

A cause de Sa foi, Il fut exalté, et notre foi aussi sera exaltée. Dieu nous exaltera.

La promesse à Laodicée est que ceux qui seront vainqueurs par la foi en Christ, s’assoiront sur le trône avec Lui.Telle est la promesse de la foi.

Jésus, dans la personne de Joseph, est Celui que nous avons essayé de mettre à mort.

Et cela c’est réalisé, parce que Christ a été crucifié pour nos péchés.

Et maintenant, Il est assis sur le trône pour nous juger.

Les frères ne le savaient pas, mais lorsqu’ils vinrent en Égypte ils durent affronter le frère même qu’ils avaient tenté de tuer, et qui maintenant, allait être leur juge.

Ce frère qu’ils avaient voulu assassiner allait les juger eux.

Nous affrontons la même situation: celui que nous avons crucifié est maintenant notre Juge.

Que peut espérer le peuple de Dieu de ce jugement? Comment Joseph a-t-il traité ses frères?

Jésus nous traitera de la même manière.

Ils ne savaient pas que le jugement était en train de se dérouler.

Nous ne savons pas quand Jésus viendra. Il nous est recommandé de veiller et de prier.

Nous ne savons pas l’heure ni le moment de Sa venue.

Pour ceux qui ne sont pas prêts ce sera une grande surprise.

Mais elle n’est pas obligée de l’être pour nous, parce que nous connaissons le caractère de Dieu.

.

Les frères de Joseph vinrent en Égypte à cause de la grande famine qu’il y avait sur la terre:

« La famine était forte dans tous les pays » (Gen. 41:57).

Maintenant le chapitre 42, verset 5:

« Les fils d’Israël vinrent pour acheter du blé, au milieu de ceux qui venaient aussi; car la famine était dans le pays de Canaan »

Il en sera de même dans les derniers jours de l’histoire de ce monde.

Il y aura aussi une grande famine de la Parole de Dieu.

Les gens mourront de faim de l’Évangile pur et authentique.

Dans le verset 2, nous lisons: « Voici, j’apprends qu’il y a du blé en Égypte; descendez-y, pour nous en acheter là, afin que nous vivions et que nous ne mourrions pas »

L’Égypte est un symbole du monde.

Trouverons-nous de la nourriture dans le monde, afin de ne pas mourir?

Christ assis sur le trône, nous donnant la nourriture afin que nous ne mourrions pas, est une bonne nouvelle.

Dans le verset 6: « Les frères de Joseph vinrent, et se prosternèrent devant lui la face contre terre »

Ils se prosternèrent devant Joseph. Le rêve de Joseph était vrai.

Il est aussi vrai que nous nous prosternerons tous devant Jésus.

Nous le faisons déjà maintenant.

Mais le verset 8 dit: « Joseph reconnut ses frères, mais eux ne le reconnurent pas »

Nous ne connaissons pas encore pleinement le Christ.

En fait, il y a même des hypocrites qui font semblant de plier le genou dans l’Église.

Mais dans l’histoire de Joseph, ses frères n’étaient pas des hypocrites, quelque chose c’était passée dans leur vie. Voyons ce qui était arrivé.

Au verset 7, il nous est dit que Joseph les reconnut. Dieu nous connaît, n’est-ce pas?

Pouvons-nous cacher quelque chose à Dieu?

Le verset 7 nous dit que Joseph, bien que les connaissant: « leur parla durement »
Qu’est-ce que cela signifie? Dieu ne nous discipline-t-Il pas quelquefois? Cela nous paraît dur.

Ne met-Il pas notre caractère à l’épreuve, comme le fit Joseph avec ses frères?

Ceci ne signifie pas qu’il avait de la rancœur contre eux, ni que Jésus en a contre nous.

Joseph était-il fâché contre ses frères? Quand leur pardonna-t-il?

Chapitre 41, verset 51: « Joseph donna au premier-né le nom de Manassé »

Que signifie Manassé? Il veut dire:

« Dieu m’a fait oublier toutes mes peines et toute la maison de mon père »

Quand Jésus pardonne nos péchés, Il les oublie aussi.

Il est vrai qu’ils sont sur les registres du ciel, mais Dieu ne met pas l’accent sur nos péchés, Il ne les regarde pas horrifié parce qu’à la croix, Il a déjà payé la peine de nos péchés.

La race humaine a déjà été rachetée en Christ.

Il veut que nous connaissions cette vérité, que nous la comprenions bien. Joseph voulait que ses frères sachent qu’il leur avait pardonné, afin qu’ils puissent être réconciliés avec lui.

Ils avaient besoin de croire personnellement, afin de pouvoir expérimenter le pardon dans leur propre vie. Le Saint-Esprit les avait convaincu de péché contre Joseph.

Rom. 2: 4: « la bonté de Dieu te pousse à la repentance »

Nous ne nous repentons pas pour toucher Sa bonté, mais c’est Sa bonté qui nous pousse à la repentance.

A travers tous les tests que Joseph va faire subir à ses frères en Egypte, il va leur révéler sa bonté et mettre à jour, démasquer ce qu’il a dans leur cœur, pour les amener à la repentance.

Au verset 16 du chapitre 42, Joseph leur dit: « Vos paroles seront éprouvées, et je saurai si la vérité est chez vous; sinon, par la vie de Pharaon! vous êtes des espions »
Qui est la vérité? Jésus. Il est le Chemin, la Vérité et la Vie.

Au jugement investigatif, Jésus veut voir s’Il demeure réellement en nous, si nous Lui avons permis d’habiter dans notre cœur, si nous avons permis à Christ de vivre Sa vie en nous.

Au jugement, Dieu verra si la vérité est en nous, si Jésus vit en nous.

« Christ en vous, l’espérance de la gloire » (Col. 1: 27).

Joseph éprouva ses frères, il les mis à l’épreuve et leur dit: Je vais garder l’un de vous en prison.

Les autres peuvent s’en aller, mais celui-ci restera en ici ».

.

Comment réagirent-ils?

Voyons le au verset 21: « Ils se dirent lui à l’autre: Oui, nous avons été coupables envers notre frère; car nous avons vu l’angoisse de son âme, quand il nous demandait grâce, et nous ne l’avons point écouté! C’est pour cela que cette affliction nous arrive »

Au jugement investigatif, il faudra tout d’abord que nous soyons totalement convaincus de nos péchés.

La première conviction sera que nous sommes responsables du meurtre de Christ, et nous en serons affligés.

Parce que tous nos péchés personnels sont autant de péchés contre Christ. C’est nous qui plantons les clous dans Sa chair.

Le Saint-Esprit travaille dans les frères de Joseph, et cependant la repentance n’est pas encore complète, totale.

Ils se lamentaient surtout en raison des conséquences de leurs fautes plutôt que du péché en lui-même. Mais Dieu désire quelque chose de plus profond que cela.

Comme les frères de Joseph, nous n’avons pas entendu l’appel de Dieu.

Verset 22: « Ruben prenant la parole, leur dit: Ne vous disais-je pas: Ne commettez pas un crime envers cet enfant? Mais vous n’avez point écouté. Et voici, son sang est redemandé »

Telle est la vérité profonde: que le sang de Christ est sur nous, sur nos têtes.

Nous avons tous offensé le Saint-Esprit.

Nous avons tous entendu la voix du Saint-Esprit.Cependant, nous ne l’avons pas écoutée.

« Car tous ont péché, et sont privés de la gloire de Dieu » (Rom. 3: 23).

Mais ils commencèrent à s’affliger, et au verset 24 il nous est dit que Joseph dut s’éloigner d’eux pour pleurer.

Tel est le caractère de Dieu: à chaque pas de notre repentance, Il se réjouit.

Il est heureux de ce qui nous arrive, ce sont là des pleurs de joie dans le cœur de Dieu.

Pourquoi ne voulut-il pas pleurer devant eux, devant ses frères?

Parce qu’ils n’étaient pas encore prêts à comprendre toute la plénitude de son caractère, l’amour de Joseph.

Nous non plus, nous ne sommes pas préparés à voir toute la plénitude de la gloire de Jésus, la gloire de Dieu.

Mais Dieu va nous conduire afin que nous soyons prêts.

« Celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la ren-dra parfaite pour le jour de Jésus-Christ » (Phil. 1: 6).

.
Que fit Joseph?

Verset 25: « Joseph ordonna qu’on remplît de blé leurs sacs, qu’on remit l’argent de chacun dans son sac »

Il leur rendit leur argent, il ne voulait pas qu’ils achètent, c’est lui qui donne.

Il leur donna donc des provisions pour le long voyage de retour.

Dieu ne pourvoit-il pas chaque jour à nos besoins, afin que nous puissions croître dans notre repentance?

Pourquoi leur a-t-il rendu leur argent?

A la page 826 de ‘Jésus-Christ’, nous lisons: « La guérison est l’essence même de l’Évangile »

Ceci devrait nous faire réfléchir:

Quel est notre état d’esprit en voyant les maux qui affligent aujourd’hui l’Église?

Où est l’esprit qui restaure les gens?

Les paroles de Christ apportent la vie.

Même quand Il adresse un reproche, Il le fait avec des larmes aux yeux.

Il n’a jamais critiqué dans le but de détruire. Et l’esprit de prophétie nous dit:

« Ce n’est que lorsque nous nous sentirons prêts à sacrifier notre amour-propre et même notre vie pour sauver un frère tombé que nous aurons vraiment ôté la poutre de notre œil, et qu’il nous sera possible de venir en aide à ce frère » (Une vie meilleure, p. 148-149).

Dans Galates 6:1 et 2, nous lisons: « Si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ »

La loi de Christ, c’est l’amour. Il y a une place pour le ministère de la répréhension.

Il y a des moments où il convient d’adresser des reproches percutants, mais quel est la première étape dans ce ministère de reproche?

C’est d’abord de retirer la poutre qui est dans notre propre œil.

Ce n’est qu’après cela que nous pourront aider quelqu’un, sinon nous l’offensons et nous brisons le cœur de Dieu.

Il est temps de nous repentir.

.

Verset 28: Après que Joseph ait montré tout le bien à ses frères, comment ont-ils réagi?

« Alors leur cœur fut en défaillance; et ils se dirent l’un à l’autre, en tremblant: Qu’est-ce que Dieu nous a fait? »

Ils étaient surpris et effrayés. Pourquoi Dieu a-t-Il fait cela?

Ils ne comprenaient pas la bonté de Dieu.

Même en prenant en compte ce qui leur était arrivé, (c’était une bonne chose que de trouver l’argent avec le blé dans leurs sacs), ils pensaient qu’un malheur allait leur arriver.

Ils n’apprécièrent pas l’amour de Dieu.

Dieu ne nous fait pas du bien parce que nous le méritons.

L’amour Agapé donne parce que c’est sa nature.

Il fait tomber la pluie sur les justes comme sur les injustes.

Dieu justifie l’impie, selon ce que nous lisons dans Romains 4:5.

Jésus racheta toute la race humaine sur la croix.

Nous n’avons pas à avoir peur d’un tel Dieu, mais nous avons besoin d’apprendre à croire en cet amour.

.

Donc, Joseph continue de mettre ses frères à l’épreuve.

Il veut qu’ils comprennent son amour. Chapitre 43, verset 23.

Joseph réconforte ses frères terrorisés. Il leur dit:

« Que la paix soit avec vous! Ne craignez rien. C’est votre Dieu, le Dieu de votre père, qui vous a donné un trésor dans vos sacs »

Ne soyez pas effrayés d’un Père qui donne, soyez en paix avec Lui.

Il tente de les amener à la réconciliation, et il le fait en tentant de leur expliquer le caractère d’amour de Dieu.

La restauration de l’homme vient par un message.

La pluie de l’arrière-saison viendra pour nous donner une compréhension correcte du caractère de Dieu, parce qu’il prépare nos âmes à recevoir cet amour.

Faisons confiance à Dieu, laissons-Le entrer dans notre cœur.

.

Joseph aborde le thème le plus important pour lui. Dans le verset 27, il leur demande.

« Votre vieux père dont vous avez parlé, est-il en bonne santé? vit-il encore? »

Joseph voulait savoir si son père allait bien.

Jésus ne veut-Il pas savoir si Dieu vit dans notre cœur?

Alors, il les soumet à une épreuve très singulière: il place une coupe dans l’un des sacs de blé, et il en-voie ses serviteurs à leur poursuite.

Et voilà qu’en vérifiant leurs sacs, ils trouvent la coupe supposée volée, ce qui les oblige à retourner en Égypte.

Voyez au chapitre 44, versets 4 et 5. Joseph les reprend et leur dit:

« N’avez-vous pas la coupe dans laquelle boit mon seigneur, et dont il se sert pour deviner? »

Seul le Seigneur a le droit de boire dans cette coupe. Nous, n’avons pas le droit d’y boire.

Il y a là une leçon spirituelle profonde. Quelle est la coupe dont seul Jésus peut boire?

Il a bu la coupe amère de la seconde mort pour nous.

A Gethsémané, Il a pris sur Lui les péchés du monde entier, afin qu’il n’y ait pas de condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.

Si nous continuons d’avoir peur de Dieu, nous boirons de cette coupe que seul Christ a dû boire pour nous.

Il dut avaler la coupe amère de la colère de Dieu contre le péché, afin que nous n’ayons pas à y faire face.

Ce qu’Il veut donc pour nous c’est ce que Joseph a dit à ses frères:

« Que la paix soit avec vous! Ne craignez rien! »

Et les frères commencèrent à comprendre la bonté de Dieu.

Voyez-le au verset 16 du chapitre 44: « Judas répondit » (Judas était en train de parler au nom de tous ses frères.) « Que dirons-nous à mon seigneur? comment parlerons-nous? comment nous justifierons-nous? Dieu a trouvé l’iniquité de tes serviteurs »

Dieu connaît notre méchanceté, chacun de nos péchés.Nous sommes tous coupables.

Celui qui a pris la coupe, c’est chacun de nous.

Ils n’essayèrent pas d’échapper de leur culpabilité.

Ils voulurent tous partager cette responsabilité, ils ne voulurent pas y échapper.

Au lieu de jeter toute la faute sur l’autre, au lieu de s’accuser mutuellement, ou de dire: ‘suis-je le gardien de mon frère?’, ils prennent le chemin contraire: chacun prend la culpabilité partagée de tous les autres.

Il s’agit d’une repentance corporative.

Voilà le péché dont nous avons besoin de nous repentir: non seulement d’avoir crucifié Jésus, mais aussi d’avoir pris la coupe qui ne revenait qu’à Lui.

Nous nous sommes mis à la place de Dieu. Nous avons usurpé Sa place.

Quand Jésus fut cloué sur la croix, que disait l’inscription placée au-dessus de Sa tête?

« Roi des Juifs ». Elle aurait aussi put dire: « Roi des chrétiens ».

Nous sommes coupables du péché des Juifs.

Nous sommes coupables du même esprit que Satan eut alors, la même mentalité: prendre la place de Dieu dans le ciel.

L’égoïsme est toujours au cœur de tout péché, vouloir se défaire de Dieu en prenant Sa place.

C’est ce que nous dit Ésaïe 12. C’est l’esprit même qui imprègne notre nature.

Dans notre repentance tant personnelle que corporative, nous devons voir et confesser cela.

.

Les frères furent attristés. Joseph demanda que Benjamin reste sur place, comme otage.

C’était une autre épreuve pour voir s’ils aiment leur père.

Dans le verset 30 est exposée comment l’âme du père est liée à celle de son jeune fils, Benjamin.

Dans le verset 34, nous lisons: « Comment pourrai-je remonter vers mon père, si l’enfant n’est pas avec moi? Ah! Que je ne voie point l’affliction de mon père! »

Un des frères s’offre pour prendre la place de Benjamin et rester à sa place, afin que Benjamin puisse retourner vers son père (vers. 33).

La raison est que les frères ne veulent pas voir la douleur de leur père quand il découvrirait que son jeune fils est absent.

Ils avaient enfin découvert l’amour agapé, et ils étaient disposés à prendre la place des autres.

Ils ne voulaient pas blesser le cœur de Dieu. N’est-ce pas ce que Dieu veut voir au jugement?

N’est-ce pas le message du premier ange?

N’est-ce pas la motivation qui nous permettra de nous maintenir à flot au temps de l’angoisse de Jacob?

« Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l’heure de Son jugement est venue; et adorez Celui qui a fait le ciel, la terre, et la mer, et les sources d’eaux » (Apoc. 14: 7).
Personne ne sera préoccupé par sa propre gloire, mais de celle de Dieu.

Tous serons disposés à mourir pour le salut de l’autre.

Tel est la puissance de l’amour agapé, l’amour de Dieu.

Christ passa par la seconde mort pour nous. Il prit notre chair, Il prit notre place.

Il fut toujours préoccupé de l’honneur et de la gloire de Son Père, et Il fit quelque chose de plus.

Voyez ce que dit Jean 14:10. Comment Jésus accomplit-Il cette foi?

Comment fut-Il capable de se maintenir debout pour arriver à supporter la seconde mort?

« Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi?

Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même; et le Père qui demeure en moi, c’est Lui qui fait les œuvres »

Qui a accompli toutes ces œuvres que Jésus faisait? Le Père.

Tout ce que fit Jésus durant Sa vie, c’est le Père qui l’a accompli à travers Lui.

Ainsi donc, la puissance de l’amour agapé consiste en la totale dépendance du Père.

Aucune tentation, aucun péché, ne put rompre cette dépendance totale de Jésus envers Son Père et c’est qui lui permit de faire face à la seconde mort.

Cet amour divin, dont l’origine est en Dieu, pourra-t-il nous maintenir ferme pendant le temps d’angoisse, afin que rien ne puisse nous vaincre?

Notez bien que ce n’est pas la peur qui nous motive à nous préparer à affronter cette situation.

Si nous avons peur de Dieu, nous abandonnerons notre foi.

Mais si nous avons l’amour agapé, si nous dépendons et nous attachons totalement à Christ par la foi, nous ne serons jamais vaincus.

Et peu importe l’ampleur ou la nature de nos conflits et de nos souffrances dans les derniers jours, par l’amour agapé, le peuple de Dieu sera soutenu et vaincra, et la repentance sera complète.

Joseph reconnut cela dans le cœur de ses frères.

Par leur examen, il vit ce qu’il cherchait: cette repentance qu’ils offraient comme le don qu’ils avaient reçu de Dieu.

Joseph était-il content, comme s’il venait de marquer un point sur les autres?

C’est l’honneur de Dieu qui sera mis en cause au jugement.

Mais est-ce que ce sera une joie pour Lui? Jésus fut-il préoccupé de lui-même? Non.

L’amour agapé se préoccupe des autres.

.

Joseph demanda aux assistants d’abandonner la salle, pour rester seul avec ses frères.

C’est alors qu’il se fit connaître. Que fait-il alors? Il pleure avec eux.

Il pleure pour la seconde fois.

Pouvez-vous imaginer le Dieu du ciel pleurant pour vous? Tout le ciel se réjouira.

Jésus ne vint pas pour nous condamner, mais Il vint pour nous sauver; et pour ceux qui reçoivent le don, pour ceux qui seront fidèles jusqu’à la mort, il y aura une couronne de vie, et Jésus lui-même pleurera de joie.

Telle est la bonne nouvelle de l’Évangile. Tel est le caractère de Jésus.

Alors, Joseph leur conta la vérité (chapitre 45: 5). Pourquoi Dieu envoya-t-il Joseph en Égypte?

Pour-quoi Dieu envoya-t-il son Fils bien-aimé dans ce monde?

Joseph dit: « c’est pour vous sauver la vie que Dieu m’a envoyé devant vous »

« Je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance » (Jn 10:10).

Tel est le cœur de Dieu: donner la vie.

« Notre Seigneur Jésus-Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Évangile » (2 Tim. 1:10).

« Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme » (3 Jn 2).

Dieu veut que nous prospérions, Il veut notre bien.

L’amour qui châtie et reprend, est un amour qui a pour objet notre restauration.

Chapitre 45, verset 7: « Dieu m’a envoyé devant vous pour vous faire subsister dans le pays, et pour vous faire vivre par une grande délivrance »
Combien parmi la race humaine sont-ils les frères de Jésus? Tous.

Donc, combien de personne est-Il venu sauver? Toute la race humaine.

Il nous a racheté de la malédiction de la loi, « étant devenu malédiction pour nous » (Gal. 3:13).

Comme Joseph et ses frères furent réunis à nouveau, lors du jugement, Il va nous réunir avec Christ, notre Grand frère, et unira notre cœur au sien.

C’est la réconciliation du Jour des Expiations.

 

Mais il y a une autre épreuve que nous devons affronter.

Les frères de Joseph durent passer par une expérience probatoire similaire à l’angoisse de Jacob, leur père.

Voyez-le dans Genèse 50:15: « Quand les frères de Joseph virent que leur père était mort, ils dirent: Si Joseph nous prenait en haine, et nous rendait tout le mal que nous lui avons fait! »

En d’autres mots, ils craignaient que Joseph se venge d’eux.

Nous devrons affronter une épreuve similaire à celle-ci.

Il nous semblera que Dieu nous aura abandonnés.

Nous aussi nous clamerons comme Jésus le fit:

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? » (Mat. 27:46).
Pourquoi Christ permet-il cela? Nous avons besoin d’un test final de notre foi.

Quand nous devons affronter la totalité de notre culpabilité.

Si nous exerçons la foi, le péché perdra son pouvoir sur nous.

Là aussi, les frères se repentirent, ils placèrent leur foi en la parole de leur père –qui est la Parole de Dieu-.

Vous pouvez le voir au verset 17.

Ce sont les paroles que Jacob laissa comme testament avant de mourir, paroles dirigées à Joseph.

Le père avait laissé un message pour Joseph: qu’il prenne en considération la repentance de ses frères et leur pardonne de l’avoir maltraité.

Une fois de plus, ses frères sont à la merci de la miséricorde de celui qu’ils avaient maltraité, et pour la troisième fois nous voyons Joseph pleurer.

Dans le verset 19, Joseph leur dit: « Soyez sans crainte »

Au verset 20: « Vous aviez médité de me faire du mal: Dieu l’a changé en bien, pour accomplir ce qui arrive aujourd’hui, pour sau-ver la vie à un peuple nombreux »
Quand nous avons crucifié Christ, Dieu fait que cette chose mauvaise se convertisse en un bien, et le fait d’avoir crucifié Christ fut précisément le moyen par lequel Il put racheter toute la race humaine.

Dans le verset 21, il leur dit pour la seconde fois: « Soyez donc sans crainte »

Si vous avez foi en Christ, vous n’aurez aucune crainte du jugement.

« Je vous entretiendrai, vous et vos enfants. Et il les consola, en parlant à leur cœur »

Telle est la vérité du jugement pour ceux qui ont foi en Christ.

Ils n’ont rien à craindre car Dieu est amour.

Voyez maintenant le verset 24: « Dieu vous visitera, et Il vous fera remonter de ce pays-ci dans le pays qu’Il a juré de donner à Abraham, à Isaac et à Jacob »

C’est-à-dire: vous posséderez la terre promise.

Quelle est la terre qu’Abraham regardait comme la terre promise? La patrie céleste.

Abraham attendait la Nouvelle Jérusalem, la ville dont l’architecte et le constructeur est Dieu.

Jésus nous ramènera à la maison.C’est une des espérances fondamentales de notre foi.

Nous nous référons à la proche venue de Jésus. Jésus est sur le point de revenir.

Il achèvera l’œuvre de l’Évangile dans le cœur de Son peuple.

Le mystère de la piété sera achevé.

Ce mystère c’est: « Christ en vous, l’espérance de la gloire » (Col. 1:27).

.
Nous attendons d’être avec Christ pour toujours. Que fera Christ pour nous dans le ciel?

Durant toute l’Éternité Il nous révélera toujours plus Son caractère d’amour.

Nous continuerons de croître durant les âges sans fin dans la connaissance de Dieu, et nous partagerons, avec les mondes qui n’ont jamais péché, la vérité même qui émane du conflit des siècles, telle que nous l’avons connue dans notre propre chair.

Le péché et les pécheurs n’existeront plus. L’univers entier sera enfin en paix.

Du plus petit atome au plus grand des mondes dans leur parfaite beauté et leur plénitude, l’univers tout entier connaîtra alors la vérité: Dieu est amour.

C’est votre privilège de le connaître aujourd’hui et maintenant. Amen!