«

»

Avr 21

Visible comme l’éclair dans le ciel

  La seconde venue de Jésus sera

une manifestation grandiose

accompagnée d’éclairs fulgurants

et de coups de tonnerre retentissants…

.

A l’instant même où vous lisez ces lignes, pas moins de 1800 orages sont en cours un peu partout dans le monde.

A chaque seconde de la vie de la planète Terre, près de 6000 éclairs sillonnent l’espace atmosphérique dont une bonne centaine frappe le sol ; soit en moyenne pas moins de 8 millions de coups de foudre au sol par 24 heures !

.

Qu’est-ce qu’un éclair ?

Toute perturbation orageuse est chargée  électriquement. Positivement à son sommet, négativement à sa base.

Le sol au-dessus duquel elle évolue se charge, lui, positivement à son passage.

Entre le sol et le nuage d’orage s’établit ainsi une différence de potentiel de plusieurs millions de volts (volt : unité de force électromotrice). Les particules électriques négatives et positives s’attirent tels des aimants, mais pour se rejoindre il leur faut vaincre la résistance de l’air, normalement mauvais conducteur.

Aussi cherchent-elles à se frayer un passage les unes vers les autres. Les particules positives émanant du sol terrestre empruntent les voies ascendantes qui se présentent : arbres, clochers, édifices élevés, pentes rocheuses, voire un corps humain.

Les particules négatives, elles, progressent vers la terre par a-coups successifs, selon une ligne brisée. Finalement, les deux fronts de particules ouvrent un sillon conducteur…

Dès que la liaison s’établit entre les particules positives et négatives, un énorme flux de charges électriques monte brusquement vers le nuage en formant un éclair dont la longueur peut varier de quelques centaines de mètres à un nombre imposant de kilomètres.

Vous avez bien lu : par suite d’une illusion d’optique habituelle dès qu’un phénomène est trop rapide pour que l’œil  puisse l’observer, nous avons l’impression que le fulgurant trait de lumière qui déchire le ciel descend vers le sol. En réalité, c’est le contraire qui se produit, il monte du sol vers le nuage !

.

UNE ONDE DE CHOC EXPLOSIVE

La chaleur intense (17000 à 28000 degrés) dégagée sur le trajet de l’éclair provoque une dilatation explosive de l’air avec formation d’une onde de choc ou tonnerre que l’oreille humaine perçoit sous forme de craquements fracassants si l’éclair est proche, de grondements sourds s’il est éloigné.

Selon divers spécialistes, l’éclair se déplace environ 30000 fois plus vite qu’une balle de fusil. Et si, par malchance, la foudre venait à vous frapper, vous n’auriez absolument pas le temps de vous en rendre compte. Lorsque vous voyez un éclair, c’est qu’il est déjà passé sans vous toucher.

Quant à la probabilité pour le citoyen moyen de périr foudroyé, elle est de l’ordre de une sur un million pour une année ordinaire.

Il y a pire, de plus grands dangers sur cette Terre, reconnaissons-le !

A côté d’indéniables méfaits (dégâts matériels, incendies de forêt, mort d’hommes et de bêtes), orages, éclairs et foudre maintiennent l’équilibre électrique de l’atmosphère planétaire et facilitent la vie végétale par leur action déterminante sur l’azote de l’air.

En effet, élément indispensable au développement des plantes, l’azote est insoluble, inutilisable sous sa forme atmosphérique.

Pour être absorbé par les plantes, il doit subir diverses transformations chimiques qui commencent lorsque les molécules de l’air sont portées à de très hautes températures par les surpuissantes décharges électriques de l’éclair ( 1 milliard de watts lors d’un orage ordinaire).

L’azote se combine alors à l’oxygène de l’air pour former  de l’oxyde d’azote soluble dans l’eau. Dissous par la pluie, l’oxyde d’azote est entraîné jusqu’au sol, sous forme d’acide nitrique dilué. Ce dernier donne à l’air cette odeur âcre et piquante qui règne après un orage.

Ainsi répandu, l’acide nitrique va se combiner avec les minéraux contenus dans le sol et produire les nitrates assimilables par les plantes.

Ce processus n’est-il pas admirable ?

Parmi les différentes sortes d’éclairs, les « zigzag » plus ou moins ramifiés sont les plus facilement repérables. Certains ont un tracé en bandes parallèles lorsque le vent pousse de côté le canal conducteur.

Ce qu’on appelle « éclair de chaleur » est en réalité un ensemble de coups de foudre survenant à une distance telle que nous n’avons qu’une perception visuelle du phénomène et que le bruit du tonnerre ne parvient pas jusqu’à nos oreilles.

Plus spectaculaires sont les éclairs qui se détachent parfois pour aller frapper le sol à plusieurs kilomètres de la zone orageuse…

En fait, au sein de la nature, il n’existe pas de spectacle plus grandiose que celui d’un puissant orage avec, au milieu du déluge, le fracas du tonnerre et l’embrasement des éclairs.

.

« TOUT OEIL LE VERRA » (Apocalypse 1 : 7)

De même, contrairement à ce que beaucoup pensent, le retour du Christ ne sera pas un événement localisé, sans éclat, s’effectuant à l’insu du plus grand nombre.

La Bible montre que la seconde venue de Jésus sera une manifestation grandiose, accompagnée d’éclairs fulgurants et de coups de tonnerre retentissants. (Apocalypse 16 : 18).

« Voici, il (Jésus) vient avec les nuées. Et … tout œil le verra » affirme l’apôtre Jean (Apocalypse 1 : 7 )

« Si quelqu’un vous dit (présentement) : Voyez, le Christ est ici ! ou : Tenez, il est là ! Ne le croyez pas. De faux Christs se lèveront, ainsi que de faux prophètes. Ils feront de grands miracles et produiront des signes extraordinaires pour que – si la chose était possible –  même ceux que Dieu a choisis soient induits en erreur. Ainsi, vous voilà prévenus. Si l’on vous dit : Regardez, le Christ est dans le désert ! N’y allez pas. Si l’on prétend : Il se cache en quelque endroit secret ! N’en croyez rien. En effet, quand le Fils de l’homme reviendra (il en sera) comme l’éclair qui jaillit de l’est et illumine tout l’horizon jusqu’à l’ouest…C’est alors que le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel. A lors tous les peuples de la terre se lamenteront, et ils verront le Fils de l’homme revenir sur les nuées du ciel dans la plénitude de sa puissance et de sa gloire. Il enverra ses anges au son des trompettes claironnantes, ils rassembleront ses élus des quatre coins de l’horizon, d’un bout à l’autre de la terre… » (Matthieu 24 : 23-27, 30 et 31)

Faut-il craindre cet événement impressionnant touchant la planète tout entière ?

«  Ne soyez pas inquiets indique Jésus, que votre cœur ne soit pas troublé. Vous avez foi en Dieu : ayez aussi foi en moi/ Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de place… Je m’en vais pour vous y préparer une demeure. Lorsque je vous aurai préparé cette demeure, je reviendrai et je vous prendrai avec moi, si bien que vous serez, vous aussi, là où je serai… » ( Jean 14 : 1-3 .  Transcription moderne de la Bible de Alfred Kuen)